Trilogie Kemi Seba

Alexandre Dumas père, le dramaturge nègre

Culture

Alexandre Dumas père, le dramaturge nègre

Par SK

Tout le monde connaît le grand Alexandre Dumas, auteur et dramaturge le plus populaire du courant romantique, mais saviez-vous qu’il était noir ?

Alexandre Dumas père, le dramaturge nègre

L’écrivain à la plume sacrée naît le 24 juillet 1802 dans l’illustre commune française de Villers-Cotterêt, dans l’Aisne. Petit-fils d’un créole et d’une femme noire, son père, mulâtre, est le premier officier « de couleur » de l’armée française.

Portrait d’Alexandre Dumas en 1855 par Nadar.

Alors qu’il n’est encore qu’un collégien, il est repéré par un notaire, grâce à ses qualités calligraphiques exceptionnelles. Toutefois, il ne sera que coursier et quittera sa petite ville pour un meilleur destin, à Paris. Fauché depuis la mort de son père et de son grand-père, Alexandre Dumas ne supporte plus les humiliations successives, dues à sa très modeste situation. Sans presque rien en poche, il est employé comme clerc dans la capitale. Parallèlement, il fait la connaissance d’un acteur de l’époque et commence une nouvelle vie, aidé par des personnalités militaires et politiques. Cependant, étant noir, il doit régulièrement essuyer les remarques racistes de ses contemporains, mais cela ne semble pas le miner, au contraire, il utilise sa « spécificité » pour s’inscrire parmi les plus grands auteurs de son siècle.

Alexandre Dumas par Achille Devéria vers 1829.

C’est un écrivain prolifique, amoureux du théâtre, qu’il découvre tardivement (1824).  Il ouvrira d’ailleurs le sien en 1847, avant de faire faillite trois ans plus tard. Alexandre Dumas est également un homme engagé politiquement qui n’hésitera pas à dénoncer les forfaits politiques à travers ses œuvres. Il se présente aux élections législatives qui suivent la révolution, en 1848 mais ne gagnera évidemment pas. Néanmoins, il continuera d’apporter son soutient aux candidats de qui il se sent proche par les idées. En 1852, il s’exile pour protester contre le coup d’état de Napoléon III, et collabore financièrement avec l’armée de Garibaldi, vendant une partie de ses biens pour acheter des armes aux soldats.

Il meurt le 5 décembre 1870. On lui doit quelques 250 œuvres dont Les Trois Mousquetaires, La dame aux camélias ou encore la pièce Teresa.

VOUS AIMEREZ AUSSI :

Le premier général d’origine africaine de l’armée française