One Love

GÉOGRAPHIE POLITIQUE : L’AFRIQUE EST LE CŒUR DU MONDE

Société

GÉOGRAPHIE POLITIQUE : L’AFRIQUE EST LE CŒUR DU MONDE

Par Farafin SANDOUNO 6 juillet 2023

Pour ne rien manquer de l'actualité,
téléchargez l'application depuis ce lien
Recevez du contenu exclusif, de l'actualité, des codes promos Nofi Store ainsi que notre actualité évenementielle chaque week-end !

La géopolitique est une discipline née en Europe au début des années 1900 et ses pères ont developpé des théories. Le but de l’Africain au 21eme siècle doit être d’etudier, revoir ces théories et de proposer sa propre vision dans un monde dominé par les idéologies.

LA THÉORIE DE MACKINDER

Halford John Mackinder, britannique de nationalité, était le père de la géopolitique (pour le monde occidental, précisons), géopoliticien, géographe et explorateur. Il développe dans son livre « Le pivot géographique de l’histoire » (sorti en 1904) une théorie qui sera fortement dominante dans les milieux géopolitiques et déterminera même le sort et certaines décisions politiques. Mackinder croyait (selon la configuration idéologique européenne) qu’il y avait une lutte éternelle entre les civilisations maritimes et terrestres (j’avais ecris sur ce sujet dans un article sur notre site Nofi Media intitulé « Géopolitique : la théorie des grands espaces civilisationnels ») et il a identifié un cœur de la Terre qu’il appelait Heartland, qui etait (selon lui) l’Empire russe ( donc la Russie actuelle et les anciens territoires de l’Union soviétique). Pour Mackinder, ce qu’il appelait Heartland (l’Eurasie) était une civilisation terrestre, un cœur de la Terre car enclavé, inattaquable par toute puissance maritime (donc l’Europe de l’Ouest et les États-Unis) et riche en ressources. Son inquiétude tournait autour d’une possibilité que l’Empire russe (plus tard l’Union soviétique et maintenant la Fédération de Russie) puisse s’élever au rang de puissance et remplacer sans retour le pouvoir basé sur l’expansionnisme maritime (à l’époque appliqué par l’impérialisme britannique ). En ce sens Mackinder définira l’Eurasie comme le Heartland du monde (dans sa vision) et arrivera à affirmer « Celui qui contrôle l’Europe de l’Est commande le Heartland et celui qui contrôle le Heartland commande le monde » . Une phrase et une vision qui seront contestées par un autre des pères de la géopolitique, l’Américain profondément occidentaliste, atlantiste et eurocentrique, appelé Nicolas Spykman. Une phrase et une vision qui devront également être contestés par nous Africains selon une vision conçue par nos Ancêtres.

LA THÉORIE DE SPYKMAN

Nicolas Spykman, un Américain et un autre des pères de la géopolitique, s’est appuyé sur les études de Mackinder pour contester son point de vue. Spykman pensait que Mackinder mettait trop l’accent sur le concept Heartland et a proposé sa propre nouvelle vision. Pour l’Américain Spykman, le véritable centre du pouvoir n’était pas dans le Heartland, mais dans ce qu’il appelait Rimland. Rimland est traduisible sous l’épithète «  région côtière » et pour Spykman il comprenait toute l’Europe occidentale et l’Asie du Sud. C’est ainsi que Spykman dira « Celui qui contrôle le Rimland commande le Heartland, et celui qui contrôle le Heartland commande le monde » . Cette phrase peut sembler une opposition partielle à celle de Mackinder, mais il est clair que Spykman considerait le Rimland supérieur à l’Heartland et que tout aurait dû tourner autour de l’Europe. Mais s’il y a une chose commune que Spykman et Mackinder partageaient, c’est qu’ils pensaient tous les deux que les zones entourant la Russie actuelle devaient être contrôlées pour empecher l’emergence de la Russie. Mackinder et Spykman ont même préconisé la création de nations artificielles, avec des histoires et cultures artificielles, sans rapport avec la Russie, afin que ce qu’ils considéraient comme Heartland ne puisse jamais être une véritable puissance. Stratégiquement cela ne pouvait que profiter aux civilisations maritimes (donc les USA et son satellite qu’est l’Europe). On peut donc comprendre que le conflit interethnique russo-ukrainien trouve ses causes et son raisonnement dans les théories du XXe siècle de figures occidentales qui tentaient de désigner le monde en plein conflit lors de ce qu’on appelle premiere et seconde guerre mondiale. Des gens comme Mackinder et Spykman avaient dans une certaine mesure préfiguré l’organisation géographique de l’après-Seconde Guerre mondiale, des institutions comme l’OTAN et l’ONU, la guerre froide et la nécessité de contrôler la vision de Heartland mackinderien.

MA VISION : L’AFRIQUE EST LE CŒUR DU MONDE

Dans le dualisme Mackinder/Spykman, quel était le rôle et la position de l’Afrique ? Point d’interrogation important. Dans la discipline géopolitique d’aujourd’hui, le Heartland est considéré comme l’Eurasie, le Rimland comme l’Europe occidentale et l’Asie du Sud et le reste du monde comme les îles stratégiques. En tant qu’Africains, nous devons remettre en question cette vision eurocentrique.
Chaque civilisation a une vision particulière de se voir géographiquement et aussi de voir les autres. Nous avons tous été habitués à voir l’Afrique comme l’hémisphère sud. C’est vraiment comme ça ?
1- Normalement, étant les pays africains les plus chauds, il est beaucoup plus logique qu’étant proches du soleil, ils soient nordiques ;
2- Il est intéressant de noter que le terme « zulu » signifie « ciel » dans la langue indigène et que le Peuple Zulu se considérait en fait comme le Peuple du Ciel, le Peuple Nordique, celui qui est le plus proche du Créateur Unkulunkulu. La représentation de la Haute-Égypte (sud de l’Égypte actuelle) et de la Basse-Égypte (nord de l’Égypte actuelle) sur la carte de l’Égypte ancienne est également intéressante. De nombreux peuples d’Afrique se considéraient comme leur nord et en même temps le cœur de la Terre, donc leur Heartland;
3- Il y a 3 visions cartographiques qui s’affrontent (pour des raisons purement politiques) : la carte Mercator (celle couramment utilisée), créée par le géographe eurocentriste Mercator, qui place l’Europe au centre pour aider les navigateurs européens à se déplacer autour de la terre. Cette carte représente l’Afrique et l’Amérique du Sud en taille réduite. Ensuite, il y a la carte de Peters qui représente l’Afrique et l’Amérique du Sud dans une taille plus grande et l’Occident dans une taille plus petite. Et enfin il y a la vision afrocentrée qui inverse le Sud et le Nord et considère Nord et Sud relatifs. Il est grand temps que les Africains recommencent à se voir comme leur épicentre.
Mackinder, en 1919, avait vu l’Afrique Noire comme «  Southern Heartland » (cœur de la Terre du Sud) même s’il n’a jamais élaboré le concept sur un plan théorique (sans doute en raison des préjugés de l’époque envers le continent africain). Ce que les Mackinder et les Spykman, entre autres, n’ont pas fait, les Africains devront le faire selon leur propre paradigme. Selon Mackinder, l’une des caractéristiques importantes du Heartland est le contrôle des terres, tandis que, selon Spykman, la caractéristique la plus importante du Rimland doit être le contrôle de la mer. L’Afrique contrôle toutes ces caractéristiques : la terre et l’eau. L’océan Atlantique était autrefois un point de connexion avec les Amériques pour le grand Empire Manden, tandis que la Méditerranée était pour les Égyptiens un point de connexion avec l’Europe et le monde musulman. L’Afrique ne fait pas partie d’une simple ile strategique ou d’un deuxième Heartland après l’Eurasie (comme disait Mackinder), mais elle est ce que j’appelle « Mowo ya dunia » (ce qui signifie en swahili, la langue la plus parlée en Afrique , «  cœur du monde » ). Le premier et veritable cœur du monde. L’Afrique est la matrice de l’humanité et de toutes les Civilisations, le continent le plus riche de la planète (pour lequel toutes les puissances se battent aujourd’hui pour accéder à ce cœur du monde) et peut stratégiquement contrôler à la fois la terre et la mer. Une fois que ce Continent se sera affranchi des puissances exogènes, émancipé des maux endogènes, aura obtenu sa souveraineté intégrale, se sera uni et consolidé en un puissant Empire Noir, l’Afrique dirigera l’Humanité dans toute sa totalité. L’Afrique a une mission et doit comprendre que l’épicentre de tout n’est ni l’Eurasie, ni l’Occident, mais l’Afrique elle-même. Et le monde comprend le potentiel de l’Afrique, dont ce meme monde a besoin pour exister. Partant de cette analyse qui est la mienne, j’affirme alors «  Celui qui contrôle l’Afrique commande Mowo ya dunia ; celui qui contrôle Mowo ya dunia guide le monde et son destin » . Dans le monde multipolaire émergent, l’Afrique sera le pôle central. Texte écrit par Farafin Sandouno.