Trilogie Kemi Seba

Cinq magnifiques photos de femmes noires et fortes

Culture

Cinq magnifiques photos de femmes noires et fortes

Par Sandro CAPO CHICHI

Parce qu’une image vaut mieux que mille mots, mais aussi parce que tous les mots ne sont pas à jeter à l’eau, voici cinq magnifiques photos de femmes noires extrêmement fortes, accompagnées par des citations rendant justice à leur condition et à leur caractère.

Par Sandro CAPO CHICHI/  nofi.fr

 

"Si la première femme créée par Dieu a été suffisamment forte pour chambouler, ces femmes, si elles se réunissent, doivent pouvoir le faire elles aussi", Sojourner Truth / Photo : Alda Kauffeld pour USAID Ghana

« Si la première femme créée par Dieu a été suffisamment forte pour chambouler, ces femmes, si elles se réunissent, doivent pouvoir le faire elles aussi » (Sojourner Truth) / Photo : Alda Kauffeld pour USAID Ghana

 

"Les femmes noires sont les êtres les plus fortes et les plus travailleuses de la terre", Dr. Dre / Photo : Tsvangirayi Mukwazhi

« Les femmes noires sont les êtres les plus fortes et les plus travailleuses de la terre » (Dr. Dre) / Photo : Tsvangirayi Mukwazhi

 

"Si la richesse était le résultat inévitable du dur travail et de l'entreprise de projets, chaque femme en Afrique serait millionaire" (Georges Monbiot) / Photo : Finbarr O'Reilly

« Si la richesse était le résultat inévitable du dur travail et de l’entreprise de projets, chaque femme en Afrique serait millionnaire » (Georges Monbiot) / Photo : Finbarr O’Reilly

 

"Dis-moi combien de femmes es-tu sûr d'aimer toute ta vie Ou sur la tête de qui les frères te jurent tous qu'ils ont raison? Souvent beaucoup de mômes à élever seule Fidèle au poste, pour ses gosses peut même faire l'aumône", Oxmo Puccino

« Dis-moi combien de femmes es-tu sûr d’aimer toute ta vie
Ou sur la tête de qui les frères te jurent tous qu’ils ont raison?
Souvent beaucoup de mômes à élever seule
Fidèle au poste, pour ses gosses peut même faire l’aumône », (Oxmo Puccino)

 

« Il n’y a pas de révolution sociale véritable que lorsque la femme est libérée. Que jamais mes yeux ne voient une société où la moitié du peuple est maintenue dans le silence. J’entends le vacarme de ce silence des femmes, je pressens le grondement de leur bourrasque, je sens la furie de leur révolte. J’attends et espère l’irruption féconde de la révolution dont elles traduiront la force et la rigoureuse justesse sorties de leurs entrailles d’opprimées. », Thomas Sankara / Photo : Meritxell Mena

« Il n’y a de révolution sociale véritable que lorsque la femme est libérée. Que jamais mes yeux ne voient une société où la moitié du peuple est maintenue dans le silence. J’entends le vacarme de ce silence des femmes, je pressens le grondement de leur bourrasque, je sens la furie de leur révolte. J’attends et espère l’irruption féconde de la révolution dont elles traduiront la force et la rigoureuse justesse sorties de leurs entrailles d’opprimées. » (Thomas Sankara) / Photo : Meritxell Mena