Trilogie Kemi Seba

Soft colonialisme : Macky Sall remet les pendules à l’heure de Justin Trudeau

Politique

Soft colonialisme : Macky Sall remet les pendules à l’heure de Justin Trudeau

Par Makandal Speaks

Après Obama en 2013, c’est au tour du Premier ministre canadien Justin Trudeau de se faire remettre à sa place par Macky Sall concernant la question de la dépénalisation de l’homosexualité.

Déjà, le 27 Juin 2013, lors d’une conférence de presse commune à Dakar, La Président Macky Sall avait recadré son homologue américain Barack Obama. Alors que ce dernier se permettait de donner des leçons au peuple sénégalais sur sa gestion de la question homosexuelle, Le Chef de l’Etat sénégalais avait répondu :

« La dépénalisation de l’homosexualité, c’est comme la peine de mort, les avis sont partagés là-dessus. Nous avons aboli la peine de mort depuis des années au Sénégal, mais d’autres pays non. »

Charité bien ordonnée commence par soi-même, comme le dit l’adage populaire…

Il dénonça, d’ailleurs habilement, face à Audrey Pulvar, le Soft Colonialisme, rappelant qu’il appartenait à chaque société de gérer ses affaires. Rappelez-vous :

Cette fois, ce fut au tour de Justin Trudeau, le Premier ministre canadien de se faire remettre les pendules à l’heure. En effet, lors du 16° Sommet de la Francophonie à Antananarivo, du « haut de sa grandeur » Trudeau fit l’apologie des droits des homosexuels dans les pays membres:

« Les membres des communautés lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres souffrent dans trop de pays incluant certains membres de la Francophonie »

L’attaque était ciblée. En effet, sur 28 membres africains de l’Organisation internationale de la Francophonie, une dizaine considèrent l’homosexualité comme illégale et/ou la réprime. Macky Sall, invité de TV5 Monde, réaffirma clairement que le Sénégal n’était pas prêt à légaliser cette pratique.

« Je l’ai dit au Président Obama. Il ne faut pas essayer d’imposer aux sociétés africaines une manière d’être. Nous ne pouvons pas l’accepter. »

La puissance militaire n’est pas l’unique option pour dominer une population. En effet, la séduction et la ruse sont des armes tout aussi efficaces pour asseoir son pouvoir. Le « Soft Colonialisme » dont nous parlions plus haut est une stratégie permettant à une oligarchie mondialiste de séduire et de coopter plutôt que contraindre par la force. Pour ce faire, cette élite finance, par exemple, des ONG pour qu’elles persuadent/orientent/manipulent l’opinion publique des pays africains selon des intérêts précis. Une façon de montrer que la « way of life » mondialiste est la meilleure.

Comme on peut le voir, la moindre occasion sera bonne pour faire l’apologie de valeurs faussement universelles. Même si en apparence c’est la justice, l’égalité et la liberté qui semblent animer cette propagande, interrogeons-nous sur les véritables enjeux qui la sous-tendent. Selon Kemi Seba, qui dénonce régulièrement cette manigance sournoise :

«Pour qui travaillent les ONG occidentales? qui les financent? Quels intérêts servent-elles? Nous devons retrouver notre lucidité et ne plus fondre aux moindres sourires de structures qui viennent en apparence aider les pauvres africains que nous sommes censés être à leurs yeux, alors qu’en back-up, elles sont des officines de renseignement de l’impérialisme.Toutes les ONG européennes et américaines ne sont pas mauvaises certes, mais la plupart roulent pour l’oligarchie, et au final,mieux vaut pour nous autres africains,être trop prudents, que pas assez compte tenu du fait que l’on a été, trop laxistes  sur ce point, par le passé».

La lutte continue !!!