Trilogie Kemi Seba

Burundi : au moins 90 personnes tuées en deux jours

Politique

Burundi : au moins 90 personnes tuées en deux jours

Par SE

Près de 90 personnes ont perdu la vie entre ce vendredi et ce samedi à Bujumbura, la capitale du Burundi. Les Etats-Unis et le Canada ont appelés leurs ressortissants à quitter le territoire rapidement.

Selon le porte-parole de l’armée Gaspard Baratuza, 87 personnes dont 79 insurgés et 8 soldats ont été tuées lors des affrontements entre des rebelles et l’armée à Bujumbura. 45 autres ont été capturées. Cette nouvelle flambée de violences intervient à la suite d’une attaque simultanée de trois camps militaires par des groupes rebelles armés vendredi. À  Nyakabiga, un quartier situé au centre de la capitale burundaise, des habitants ont témoigné à l’agence Associated Press avoir vu 21 cadavres de personnes tuées par balle dont certaines à bout portant les mains liées dans le dos. « Ils sont entrés chez nous, ils ont rassemblé tous les jeunes et les gens d’âge moyen et puis ils les ont emmenés », a raconté un habitant du quartier de Nyakabiga. Les corps de jeunes hommes qui ont visiblement été abattus après les attaques de vendredi gisaient sur le sol dans les rues commerçantes, au bord des fossés et dans les maisons samedi matin. Un peu plus loin à Rochero II, un quartier voisin, le scénario se répète.

À Musaga, un autre quartier de Bujumbura où on compte 14 victimes, un personne âgée raconte avoir vu des hommes en uniformes militaires, police et API (appui à la protection institutionnelle, l’équivalent de la garde présidentielle) tirer à bout portant sur ses voisins et en emmener d’autres « Ce sont des escadrons de la mort venus faire la sale besogne du président ». D’autres habitants du quartier disent que la police à continuer à tirer en l’air pour les empêcher d’approcher d’un lieu où il y’avait « beaucoup de cadavres ».  Une organisation de défense de droits de l’Homme Human Rights Watch décrit ces dernières confrontations comme « le plus grave incident depuis le début de la crise » survenu au Burundi depuis 10 mois et a déclaré dans un communiqué publié dimanche « qu’une enquête devrait être lancée d’urgence pour établir les circonstances exactes de ces meurtres ».

Quartier de Niakabiga samedi matin

Quartier de Niakabiga

Dans un communiqué, les Etats-Unis ont ordonné « à tout le personnel américain qui n’est pas indispensable au Burundi ainsi qu’à leur famille » de quitter le pays rapidement. Le Canada a renouvelé le même ordre à ces ressortissants. Plus de 220 000 personnes ont fui le Burundi pour se réfugier au Rwanda, en Tanzanie, en Ouganda et en République Démocratique du Congo depuis que Pierre Nkurunziza a décidé de briguer un troisième mandat.

Ancien chef rebelle hutu, Pierre Nkuzunziza qui avait affronté les tutsie pendant la guerre civile de 1993 à 2005 s’est maintenu au pouvoir en avril dernier malgré l’opposition de plusieurs burundais et de la communauté internationale qui considèrent ce troisième mandat comme étant inconstitutionnel (non respect du traité de paix ayant mis fin à la guerre civile où 300 000 personnes étaient mortes).