POLITIQUE

Non, Lova Rajaoarinelina-Rinel n’a jamais été la présidente du CRAN

Alors que Madame Rajaoarinelina-Rinel ne figure pas en tant que présidente du CRAN auprès de la Préfecture de police de Paris, elle n’a eu de cesse d’agir illégalement avec Monsieur Louis-Georges Tin au nom de l’association. Pourtant, Madame Rajaoarinelina-Rinel a été déboutée le 27 octobre 2020 de sa demande de reconnaissance de son statut frauduleux de présidente. Explications…

C’est à la suite de sa radiation du CRAN en juillet 2020 que l’ancien président Louis-Georges Tin a laissé entendre à Valeurs actuelles que l’association aura une « nouvelle présidence ».  Après sa déclaration à Valeurs actuelles, le 11 août 2020 [1], Louis-Georges Tin a publiquement annoncé sur son « mur » Facebook la nomination de « la nouvelle présidente du CRAN » [2].

Alors que Madame Rajaoarinelina-Rinel ne figure pas en tant que présidente du CRAN auprès de la Préfecture de police de Paris, elle n’a eu de cesse d’agir illégalement avec Monsieur Louis-Georges Tin au nom de l’association  [3] [4] [5].

En outre, Madame Rajaoarinelina-Rinel affiche depuis (et cela était visible encore ce 16 novembre 2020) sa prétendue qualité de présidente par le biais d’un compte publique Tweeter non administré par le conseil d’administration du CRAN.

Pourtant, Madame Rajaoarinelina-Rinel a été déboutée le 27 octobre 2020 de sa demande de reconnaissance de son statut de présidente du CRAN. A cet égard, le jugement rendu le 27 octobre 2020 retient qu’il ne peut être déduit de la seule lecture du procès-verbal de l’assemblée générale du 29 février 2020 que Monsieur Ghyslain Vedeux n’est plus président du CRAN :

Plus précisément, il est jugé que le statut de présidente du CRAN de Madame Rajaoarinelina-Rinel n’étant pas établi, cette dernière n’a pas qualité pour agir au nom de l’association :

Par ailleurs, le jugement du 27 octobre 2020 rappelle à titre liminaire :

Au vu de l’ensemble de ces éléments, le conseil d’administration du CRAN renvoie toute personne intéressée à la lecture du jugement du 27 octobre 2020 rendu par le tribunal judiciaire de Tours.

Malgré ces tentatives de déstabilisations, le conseil d’administration du CRAN ces derniers mois est resté serein et concentré sur le travail et les nombreuses tâches à accomplir.

Ghyslain Vedeux, président du CRAN

Le président de l’association, Ghyslain Vedeux a été auditionné à l’Assemblée Nationale les 16 et le 24 septembre 2020 avec un collège d’experts sur la situation du racisme en France [6].

De la même façon, emmené par le président de l’organisation, un collège d’expert a été auditionné au Sénat le 16 octobre 2020 dans le cadre des restitutions au Bénin et au Sénégal [7].

Le CRAN continue son action à l’échelle nationale avec tous ses partenaires de terrain (Collectif des Rosas, Afrofem, Le Réseau des femmes afrodescendantes, les Divines Lgbt, Bamako-CRAN etc…),

continue son travail avec la plateforme antiraciste (La BAN, la Voix des Rroms, Le CCIF, L’Union Juive pour la paix) ,

continue son travail avec nos partenaires institutionnels à l’échelle nationale et internationale (le Défenseur des Droits, la CNCDH, la conseil de l’Europe, les commission parlementaires, ENAR, ARDI, les différentes commission Européennes..),

continuons notre engagement dans le cadre du combat contre les dégâts du Chlordécone avec nos partenaires en Guadeloupe et en Martinique,

continuons notre engagement en appui aux nombreux usagers qui nous sollicitent pour obtenir du soutien et être informé et soutenu sur l’accès à leur droit (violences policières, les discriminations dans le domaine de la santé, discrimination dans les domaines de la formation de l’emploi, du logement..).

Le leadership reste collectif, face au travail immense, le CRAN dirigé actuellement par Ghyslain Vedeux ne se laissera ni diviser ni distraire.

Notes et références

[1] « Règlements de comptes au CRAN : l’ex-dirigeant Louis-Georges TIN va déposer un référé« , 18 juillet 2020, valeursactuelles.com

[2] « Lova Rinel, élue nouvelle présidente du CRAN« , 11 aout 2020, bondamanjak.com

[3] « «Laïcité et République: les mains qui ne tremblent pas». La tribune de Lova Rinel (CRAN)« , 23 octobre 2020, lopinion.fr

[4] « [Tribune] Colonisation : pour une Journée internationale de la réconciliation« , 27 octobre 2020, jeuneafrique.com

[5] « Marie Treps : « En supprimant le mot “nègre”, on n’effacera pas le racisme »« , 2 octobre 2020, jeuneafrique.com

Articles : 514