SOCIÉTÉ

Cameroun : huit enfants lâchement assassinés à Kumba

Effroi à Kumba au Cameroun où huit enfants trouvent la mort après avoir été attaqués par des individus non identifiés jusqu’à présent.

Le Cameroun est en émoi après le drame survenu à Kumba, une ville située dans le Sud-Ouest du pays. Huit enfants ont été massacrés et une douzaine d’autres blessés, samedi 24 octobre 2020 dans l’attaque de leur salle de classe. Cette horreur sans nom est une triste conséquence du conflit sécessionniste qui fait rage depuis maintenant 3 ans. La classe politique camerounaise a condamné ce massacre, de même que Moussa Faki Mahamat, Président de la commission de l’Union africaine, via son compte Twitter :

« Il n’y a pas de mots pour le chagrin ni de condamnation assez forte pour exprimer toute mon horreur face à l’attaque brutale qui a visé des écoliers en école primaire (…) alors qu’ils étaient assis, en train d’apprendre, dans leur salle de classe. » [1]

Moussa Faki Mahamat , Président de la commission de l’Union africaine depuis le 14 mars 2017.

Maurice Kamto, leader de l’opposition, a parlé d' »horreur absolue » et a interrogé l’État camerounais :

« Combien de morts faut-il encore pour qu’une solution politique ramène la paix dans le NOSO (Nord-Ouest et Sud-Ouest, les deux régions anglophones) ? »

Selon des sources proches des services de sécurité, un groupe de neuf terroristes ont, vers 11h (heure locale), fait irruption dans le collège Mother Francisca International Bilingual Academy, avant d’ouvrir le feu sur les élèves présents dans la salle de classe. Ces élèves avaient entre 9 et 12 ans. Il est à rappeler que le boycott des écoles était une stratégie des séparatistes ces dernières années. Près de 700 000 élèves anglophones sont hors du système scolaire du fait de ce conflit, expliquait l’analyste Arrey Elvis Ntui de l’International Crisis Group au Cameroun [2].

Selon l’ONG International Crisis Group, dont la mission est de prévenir et d’aider à résoudre les conflits meurtriers grâce à un travail de recherche sur le terrain, des analyses et des recommandations indépendantes; cet odieux attentat n’a pas encore était revendiqué, même si de lourds soupçons pèsent sur les groupes séparatistes anglophones.

Rappelons que depuis deux ans, des groupes séparatistes et les autorités camerounaises s’affrontent dans les deux régions camerounaises du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, là où réside la majorité des populations anglophones du pays, dont une partie s’estime marginalisée par le pouvoir central.

Notes et références :

[1] « Cameroun : au moins huit écoliers tués dans une attaque en zone anglophone« , lepoint.fr, publié le 25 octobre 2020

[2] « ‘There are no words’: Children slaughtered in attack on school in Cameroon« , france24.com, publié le 25 octobre 2020

Panafricaniste dans l’âme, j’œuvre à mon humble niveau à réunir les membres de la grande famille africaine à travers le monde.

Articles : 654