MODE & BEAUTÉ

Que faut-il retenir de la première journée des défilés de la Lagos Fashion Week ?

Le blogueur mode ivoirien BLÉ POCKPA vous fait vivre la Fashion Week de Lagos, l’un des événements les plus importants sur le calendrier de la mode Africaine!

J’ai enfin pu récupérer mon accréditation presse! Mon vol étant prévu pour Mardi soir, je n’ai reçu le mail de confirmation pour l’accréditation presse que la veille. Impossible pour moi d’aller le récupérer à l’adresse indiquée. Et comme chaque année il y avait une note de mise en garde : il fallait impérativement que je m’y rende le lendemain, sinon impossible de le faire les autres jours… C’est en fait une stratégie pour ne pas que le comité soit débordé le jour j. Les retardataires – comme moi pourraient ensuite récupérer leur pass dans le calme mais il fallait vraiment prévenir l’organisation. 

Cette année , je suis encore convaincu  que l’organisation de l’événement reste au top, si on ferme les yeux sur le retard observé avant le début des shows. Quand même, 4 heures d’attente… ça peut rendre le public démissionnaire. D’où les espaces clairsemés que vous avez dû remarquer dans mes stories Instagram.

En compagnie de ma collègue Salimatou du MILC Magazine, j’ai décidé de rester dans ma zone de confort, don’t blame me, ayant peu d’informations par rapport à l’entrée des défilés « offsite« , je me suis concentré sur ceux se tenant directement sous la tente du Balmoral du Federal Palace Hotel.

« L’arbre à tissus »

Première étape, découvrir la tente réservée aux exposants. On est tout de suite accueillis par un « arbre à vêtements et tissus ». Les marques présentes ont rivalisé d’ingéniosité dans la scénographie, il s’agissait vraiment de faire vivre une expérience avec le public. Même si le stand d’Heineken, sponsor officiel de la fashion week, semblait être le plus imposant, celui de Tecno Mobile était définitivement le plus prisé. En raison du set photo qui a été aménagé.

Il y avait aussi le stand de Fayrouz, spot parfait pour se désaltérer avec ce jus tellement bon ! Un barman au look de Dandy improvisait des cocktails rafraichissants pour l’occasion.

En route pour les défilés…

Direction la seconde tente où se tenaient les défilés. Avant l’ouverture, il fallait patienter via un spot aménagé pour l’occasion. A tout hasard en passant par là, si vous avez un look qui sort de l’ordinaire, vous serez alpagué par une horde de photographe… Et il y a de fortes chances que vous retrouviez votre photo quelques heures plus tard sur Instagram.

Ouverture des shows avec Orange Culture

La marque dirigée par Adebayo Oke-Lawal a ouvert le bal avec pour fond sonore le générique de la serje Stranger Things, contraste parfait avec la collection haute en couleurs et en formes qu’il présentait ce soir là.

Jermaine Bleu

Le ghanéen Jermaine Bleu, dévoilait Asanteman, sa collection SS20 avec des costumes et des tenues femmes. On remarque le passage du mannequin ivoirien Daniel Damessi.

Swag West Africa avec Studio 189

Ambiance dansante, imprimés typiques de l’Afrique de l’ouest. Il y avait tant de fraîcheur et de vie qui vous donneraient envie de vous ruer sur la scène pour danser avec les mannequins !

Quand Rema fait son show

C’était la surprise qu’on demandait tous avec le passage du chanteur Rema lors du défilé Tokyo James, il est évident que ce jeune espoir de la musique auréolé d’un charisme ravageur sera bientôt l’ambassadeur de nombreuses marques africaines.

Selly Raby Kane

La première francophone à présenter sa collection ce soir-là, fidèle à elle-même. J’ai beaucoup aimé la tenue que vous verrez ci-dessus et je la vois déjà dans ma collection…

Chaque show était soutenu par une chorégraphie très précise. J’avais cette phrase en tête en sortant des défilés : « Quand tu présentes ta collection à Lagos, tu dois marquer les esprits » dans cette ville où l’industrie du textile et de l’habillement draine des milliards chaque année, j’avais encore deux jours intenses à vivre…