SOCIÉTÉ

Elles créent une application pour faciliter l’accès à l’école aux plus démunis

A seulement 10 et 11 ans, cinq jeunes Nigérianes ont remporté un prix international pour avoir créé Handsout, une application destinée à aider les enfants défavorisés à avoir accès à l’école.

Par Sandro CAPO CHICHI / nofi.media

Les enfants à l’école au Nigeria : un triste record

Le Nigeria est le pays où le plus grand nombre d’enfants au monde ne va pas à l’école. On y estime à 10,5 millions le nombre d’enfants dans cette situation. Pourtant, l’école au Nigeria est censée être gratuite et obligatoire. Dans les faits toutefois, cette mesure est loin d’être respectée.

Le mythe de l’école gratuite et obligatoire

Les écoliers et leurs familles doivent en effet souvent s’acquitter de nombreux frais. Ils concernent des uniformes, des livres et d’autres obligations particulièrement coûteux. Des facteurs socio-culturels locaux voient les enfants et en particulier les jeunes filles comme de potentiels aides dans les foyers. Ils contribuent à les éloigner de l’école. L’insécurité est également un très important frein à la scolarisation des enfants.

La destruction et l’effondrement d’infrastructures scolaires

Dans le nord-est du Nigeria, la partie du pays la plus touchée par les exactions de Boko Haram, l’UNICEF rapportait  que près de 2000 salles de classe avaient été endommagées ou détruites par les conflits. 2,8 millions d’enfants y seraient privés d’une scolarisation décente à cause de cette situation.

Dans le sud du pays, des enfants souffrent aussi  de l’effondrement d’infrastructures scolaires. En mars 2019 par exemple, un bâtiment de trois étages s’est effondré à Lagos, la ville la plus peuplée du pays. Un des étages du bâtiment était réservé à une école privée. Nombre d’enfants sont morts dans cette tragédie, d’autres ont du être déscolarisés. C’est ce triste événement qui a servi de déclic à un groupe de petites Nigérianes dans leur projet de rendre l’école plus accessible à tous les enfants de leur pays.

‘The Brain Squad’

Ces jeunes filles, ce sont Ayo Ariyo, Muna Chigbo, Jade Kassim, Ivana Mordi et Pandora Onyedire. Âgées de 10 et 11 ans en 2019, elles ont décidé de faire équipe pour lutter contre l’inégalité de l’accès à l’école dans leur pays voire dans le monde entier.Elles ont décidé de  joindre leurs forces dans une ‘équipe de recherche’ qu’elles ont nommé ‘the Brain Squad’. Dans celle-ci, elles se sont réparties les tâches de la gestion des statistiques, du codage, du design et de la communication pour créer une application mobile.

L’application Handsout

Cette application, elles l’ont nommée Handsout (littéralement ‘mains tendues’). L’application se veut un moyen de permettre à des personnes du monde entier de contribuer à la scolarisation d’enfants dans le besoin. Elles peuvent contribuer par des envois tout à fait sécurisés de fonds pour frais d’inscription, de frais médicaux, de fournitures scolaires, de vêtements aux familles des enfants concernés.

Récompensée à la Silicon Valley

Cette application a été récompensée du Prix du public au Technovation Girls, un événement annuel organisé annuellement à la Silicon Valley à l’ouest des Etats-Unis. Environ 19000 filles du monde entier avaient été invitées à présenter leurs innovations technologiques.Celles-ci devaient être créées pour résoudre des problèmes dans leurs communautés. Handsout est la première application créée par des enfants pour résoudre des problèmes de scolarité d’autres enfants. Qu’elle ait été créée par des ressortissantes du pays le plus touché par le fléau de la déscolarisation est particulièrement significatif. Espérons que l’Afrique, qui cumule aujourd’hui malheureusement un grand nombre de tristes records, continuera à résoudre ses problèmes, pour elle comme pour le monde.

VOUS AIMEREZ AUSSI:

Ces Nigérianes ont créé une application contre les faux médicaments

 

 

Articles : 986