POLITIQUE

L’ONG ANA appelle la MINUSCA à renoncer au contingent mauritanien

L’organisation non-gouvernementale africaine « Aimons Notre Afrique » (ANA) exige que la MINUSCA retire le contingent mauritanien de le République centrafricaine.

L’objectif de l’ONG « Aimons Notre Afrique »

L’ONG ANA, créée en 2011, lutte pour la liberté des peuples africains en combattant essentiellement le néocolonialisme occidental. Elle promeut également l’unité africaine et la souveraineté des Etats africains. Désormais la République Centrafricaine fait partie des priorités de l’ONG internationale ANA. Ainsi, le 30 novembre 2018, dans un communiqué de son président Johnny Yannick Nalimo, « Aimons Notre Afrique » s’oppose au remplacement des casques bleus Burundais, Rwandais et Portugais dans les zones des activités terroristes entre autres à Mbrès, Séko, Kaga-Bandoro et Ndomété en République Centrafricaine [1].

MINUSCA

L’ONG « Aimons Notre Afrique » a pour objet d’apporter sa contribution à l’action des gouvernants africains en vue de la recherche de la paix à travers la promotion du Fair-Play dans tous les domaines de la vie.

La MINUSCA: mission onusienne en Centrafrique

En effet, la MINUSCA ou Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en Centrafrique, est une opération de maintien de la paix des Nations unies en Centrafrique [2]. Elle intervient dans le cadre de la guerre dans ce pays. Le problème, selon l’ONG, c’est que les casques bleus mauritaniens sont accusés d’être incompétents et la MINUSCA est, de son côté, accusée de placer délibérément des mauvais soldats dans des régions avec un haut niveau de criminalité. La direction et la population de la RCA cherchent à rebâtir la paix dans le pays. C’est pour cela qu’ils s’unissent avec l’église catholique, les mosquées et divers organisations internationales, d’après l’ONG.

MINUSCA

Carte de la présence de la MINUSCA en RCA

Un contingent mauritanien inexpérimenté

Mais la mission de paix de l’ONU semble de faire exprès de placer sur le territoire de la République des combattants sans expérience. Surtout quand on parle du contingent mauritanien. Ce dernier est chargé d’établir l’ordre dans la préfecture de Ouaka, mais ses éléments non pas d’expérience en combat : ils sont en cours de leur première mission. Leur niveau de professionnalisme ne leur permet pas de s’opposer efficacement aux rebelles de l’UPC. La MINUSCA tente de les innocenter en disant qu’ils ne sont pas autorisés de mener des opérations militaires.

Image result for minusca

Un manque d’expérience risqué pour le pays

En même temps l’église catholique de la RCA déclare que l’inaction des pacificateurs mauritanien a causé des victimes parmi les civils. En déployant des Mauritanien en RCA, la MINUSCA n’a consulté que ses propres intérêts. Les intérêts du peuple n’étaient pas pris en compte par la mission. Le chef de l’organisation, évidement, ne voulait pas mettre en péril les pacificateurs d’expérience, de peur d’avoir des pertes parmi ses troupes. Ils ont confié la défense de la population aux Mauritaniens, sachant qu’ils ne pourraient pas se débrouiller. Mais cela ne les inquiète pas. Autrement, ils auraient déployé dans la préfecture de Ouaka des pacificateurs de l’Angola qui eux sont habitués à des combats armés.

La MINUSCA n’a pas pris d’efforts à penser de la compétence du contingent mauritanien même dans le cas où les derniers on faillit mettre sous les armes un bataillon des FACA accompagné par des instructeurs russes. La mission a tout simplement fermer ses yeux sur cette incident. Ensuite le porte-parole de la MINUSCA, Vladimir Monteiro, nous dit que la mission travaille conjointement avec l’armée centrafricaine. Il est temps de penser, les militaires de la RCA ont-ils besoin de partenaires qui les mettent en péril ?

MINUSCA

Le général Balla Keita de la MINUSCA

La MINUSCA complice avec les pacificateurs mauritaniens?

Le fait que les pacificateurs mauritaniens, au lieu de séparer les belligérants, passent le temps et nouent des relations avec une des parties du conflit semble bizarre et pose la question. Pourront-ils accomplir leurs devoirs objectivement après des faits comme celui-ci ? Et la population civile de la préfecture ? Déjà étant sans protection, elle serrait dans une situation encore plus dangereuse.

L’ONG est certaine que la MINUSCA est complice avec les pacificateurs mauritaniens. L’organisation demande à la mission d’entendre la voix du peuple Centrafricain et de retirer les pacificateurs inexpérimentés de la RCA.

Mais il ne faut pas compter sur la raison de la MINUSCA. Jusqu’à aujourd’hui la mission n’a jamais entendu l’avis de la RCA. Les pacificateurs eux même se trouvent dans le pays a l’initiative de l’ONU et non de la République. Il est probable que les dirigeants de la mission vont répondre avec réprobation suite à la critique, en déclarant les Centrafricains coupables. La population continue de souffrir et les pacificateurs vont produire un nouveau rapport statistique et vont boire à la santé des jeunes mariés.

VOUS AIMEREZ AUSSI :

Viol d’enfants en Centrafrique : la Justice française innocente les soldats

Notes et référence :

[1] Communiqué du président de l’ONG ANA, publié le 30 novembre 2018

[2] L’ONU approuve l’envoi de casques bleus en Centrafrique, lemonde.fr, publié le 10 avril 2014

Panafricaniste dans l’âme, j’œuvre à mon humble niveau à réunir les membres de la grande famille africaine à travers le monde.

Articles : 475