Trilogie Kemi Seba

YALI 2015 : Obama en faveur d’une représentation africaine à l’ONU

Politique

YALI 2015 : Obama en faveur d’une représentation africaine à l’ONU

Par Sébastien Badibanga

Comme chaque année depuis 2010, le président américain a prononcé un discours, lundi 3 août à Washington, devant plus de 500 jeunes leaders africains dans le cadre du Sommet YALI 2015.

Le Sommet YALI (Young African Leaders Initiative) 2015 s’est tenu du 3 au 5 août à Washington, la capitale des Etats-Unis. Fraîchement revenu d’une visite officielle au Kenya et en Ethiopie, le président américain Barack Obama a prononcé un discours phare devant plus de 500 jeunes (entre 25 et 35 ans) originaires de l’Afrique subsaharienne. Au menu : lutte contre le terrorisme, Boko Haram, violences contre les femmes, et place de l’Afrique à l’ONU.

Effectivement, le premier Noir président des Etats-Unis « soutient l’idée d’une représentation africaine au sein du Conseil de sécurité des Nations unies mais il a appelé le continent à plus de responsabilité », indique La VOA Afrique. Et de préciser : « Pour lui, la structure et la composition du Conseil de sécurité doivent prendre en compte les régions du monde non représentées. »

Lutte contre le terrorisme, Boko Haram, violences contre les femmes

Lors de son allocution, le 44e président des Etats-Unis a estimé qu’il faut établir un partenariat plus accru avec la société civile afin de mieux lutter contre les extrémismes. Par ailleurs, il a souligné que l’intervention militaire n’est pas un plan A ni un plan B, mais seulement un dernier recours.

« Tout en restant fidèles en nos valeurs, nous sommes déterminés à lutter contre Boko Haram », a-t-il dit, rapporte La VOA Afrique. « Mais il ne s’agit pas seulement de faire intervenir la police et l’armée mais d’aller vers les populations touchées, donc il faut encourager des partenariats avec la société civile », a-t-il prévenu. Explication : il y a deux semaines, le locataire de la Maison Blanche a reçu à Washington son homologue nigérian Muhammadu Buhari. Au cours de cette rencontre, il a fait savoir que les Etats-Unis soutiendront le Nigeria dans la lutte contre Boko Haram.

Enfin, Barack Obama a exhorté les jeunes leaders africains à lutter contre « toutes formes de discrimination et à abandonner toute sorte de tradition comme les violences faites aux femmes, aux personnes handicapées ». Dénonçant les crimes dont les Albinos sont victimes, le président américain sortant s’est élevé contre les mutilations.

A dix-huit mois de la fin de son mandat, M. Obama a en outre plaidé pour la poursuite de YALI, programme de renforcement des capacités et de réseautage, qu’il a lui-même initié en 2010. Ces 500 jeunes leaders africains, triés sur le volet, bénéficient chaque année de la « Bourse d’études Mandela Washington » qui leur permet d’étudier dans les grandes universités américaines.

L’an dernier, c’est Michelle Obama qui avait retourné l’assistance en rappelant que l’Afrique « a un aspect très personnel » pour elle. Et de préciser que « le sang de l’Afrique coule dans mes veines ». « Le futur du continent est très important pour moi », avait-elle signalé.