NATIONS NÈGRES ET CULTURE – CHEIKH ANTA DIOP

Les femmes à l’honneur au 25e Sommet de l’Union africaine

Politique

Les femmes à l’honneur au 25e Sommet de l’Union africaine

Par Sébastien Badibanga

Nkosazana Dlamini-Zuma a ouvert, jeudi à Johannesburg, en Afrique du Sud, le 25e Sommet de l’Union africaine qui est placé, cette année, sous le signe de la femme.

Le développement de l’Afrique passe par les femmes. C’est le message martelé par la présidente de la Commission de l’Union africaine (UA) en ouvrant le 25e Sommet de l’organisation panafricaine à Johannesburg, jeudi, en Afrique du Sud. Cette année, le thème choisi est : « L’autonomisation des femmes ».

« Si nous continuons à intégrer des femmes au rythme actuel, cela va nous prendre 80 ans afin d’atteindre la parité« , tire-t-elle la sonnette d’alarme. Avant de poursuivre : « Nous devons faire plus afin que notre continent se développe au maximum de ses capacités ». « Et ce continent ne pourra atteindre ce stade si nous n’intégrons pas les femmes », prévient-elle, rapporte RFI Afrique.

Au menu : Crise au Burundi, Montée du terrorisme, Xénophobie et Migration

Hormis les femmes, l’Union africaine a d’autres dossiers brûlants à traiter comme la crise au Burundi, la montée du terrorisme, les attaques xénophobes en Afrique du Sud ainsi que la question de la migration.

En faveur de la libre circulation des biens et des personnes, la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma plaide pour une immigration à l’intérieur de l’Afrique : « Nous devons mettre fin au périlleux voyage qu’entreprennent chaque année des millions d’Africains vers l’Europe. » Poursuivant, la présidente de la Commission de l’UA estime qu’il faut « développer les opportunités sur le continent pour notre jeunesse ».

Dimanche, trois sujets seront étudiés à huis clos par les chefs d’Etat de l’organisation panafricaine. A commercer par la crise au Burundi qui devient préoccupante. Face à l’urgence, il s’agit maintenant d’empêcher que le conflit se transforme en guerre civile. Puis, les discussions se concentreront sur le fléau du terrorisme notamment illustré par les ravages causés par les groupes Al-Shebab (lié à Al-Qaïda) et Boko Haram (rattaché à l’Etat islamique). Enfin, le président sud-africain Jacob Zuma sera attendu au tournant à propos de la montée de la xénophobie dans son pays qui a causé la mort d’au moins six immigrés africains il y a deux mois.