Brown Sugar Night #3

L’Association One cause : ou quand la jeunesse se veut partenaire de l’essor du continent

Culture

L’Association One cause : ou quand la jeunesse se veut partenaire de l’essor du continent

Par SK

L’équipe NOFI est allée à la rencontre de l’association One Cause. Une réunion de jeunes afros dynamiques, qui ne veulent pas oublier d’où ils viennent et quis e donnent pour mission d’agir en Afrique et dans la diaspora afin d’aider les moins chanceux à travers des actions humanitaires et, de faire la promotion de la culture africaine en ce qu’elle a de riche et de fédérateur.

Depuis trois ans, les membres de l’association One cause constituent également le Comité Miss Côte d’Ivoire France pour porter leur projet phare : l’élection de la  miss Côte d’Ivoire France. Un projet par lequel l’association, à travers le Comité, fait la promotion de l’excellence, de la richesse culturelle et de l’échange entre les différentes diasporas. Rencontre avec le président de l’association et du comité Yannis Kouassi et le responsable des missions humanitaires Frédéric Tiemele.

 

Présentez-nous l’association One Cause.

Frédéric : L’association One Cause est une association qui a pour but de venir en aide aux populations du continent Africain en termes de santé, d’éducation, d’alimentation et d’échanges culturels. Nous sommes 5 membres fondateurs : Yannis – le Président, Dany – le Vice-Président, Aly – le trésorier, Désiré le responsable événementiel, et moi-même – responsable des missions humanitaires. Nous nous connaissons depuis de nombreuses années et avons un objectif commun :

celui de mettre en place une action qui éveillerait la conscience des jeunes de la diaspora à propos des conditions de vie difficiles des populations en Afrique. C’est donc après plusieurs années de réflexion qu’est née One Cause, en février 2013.

Yannis : L’idée de créer cette association a vu le jour il y a bien longtemps, mais elle n’était à l’époque qu’un projet. Nous avons pris le temps de laisser mûrir cette idée, nous avons patienté le

temps qu’il fallait afin de pouvoir être en mesure de concrétiser cette volonté d’aider, à notre échelle, l’Afrique notre continent d’origine. Bien qu’étant Français nous n’oublions pas d’où nous venons.

Nous avons pleinement conscience des inégalités, nous sommes également conscients qu’à nous seuls nous ne changerons pas le monde. En revanche, nous pouvons y contribuer et nous nous

donnons tous les moyens d’y parvenir.

 

 [Yannis Kouassi] En tant que président de l’association, quelle est votre mission ?

En dehors des fonctions de représentation et de signature de contrats, ma mission est de tout coordonner, d’avoir un oeil sur tous les aspects de la gestion de l’association mais surtout de veiller au respect des prescriptions légales. Cela part de la mise en place d’événements – comme Miss Côte d’Ivoire France – à la trésorerie, sans oublier la partie administrative. Il m’appartient également de veiller à ce que la cohésion du groupe demeure, stimuler les membres de mon équipe au quotidien afin que nous continuions à émettre et initier de nouveaux projets. De même, nous pensons sur le long-terme, c’est ainsi que nous devons de concert adopter des stratégies pour faire évoluer notre association.

De gauche à droite: Yannis Kouassi (Président), Hyllen Legré (miss Côte d’Ivoire France); Partenaire Jasmin Couture

 

 Quel est le but de l’élection Miss Côte d’Ivoire France ?

 Frédéric : Cette élection est un rendez-vous annuel très attendu et une grande rencontre entre Ivoiriens résidents en France. Au delà de ça, nous souhaitons promouvoir la culture traditionnelle d’un des pays les plus influents au sein de la diaspora africaine de France : la Côte d’Ivoire. C’est en cela que la désignation d’une ambassadrice de beauté est importante. N’oublions pas, c’est l’association qui est à l’origine de cette élection. De ce fait, l’objectif inhérent à cette élection revêt également le cachet humanitaire.

 

 Quelles sont les attributions de la Miss ?

 Yannis : La Miss est avant tout la représentante de la beauté ivoirienne en France. Elle est aussi l’ambassadrice de l’association One Cause. Elle se doit, par conséquent, lors de chacune de ses représentations officielles,  de faire preuve de générosité et d’ être à l’aise avec son public, cela en adéquation avec les programmes mis en place par l’association. Elle doit donc assumer les différents rôles que son statut lui confère.

De gauche à droite: Thierry Coffie du COMICI; Yannis Kouassi (président de l’association One Cause et du Comité Miss Côte d’ivoire France); Mariam Cessé (1ère dauphine), Hyllen Legré (Miss Cîte d’ivoire France), Adja Meïté (2ème dauphine)

 

 S’il ne fallait que trois critères pour définir « la miss idéale », quels seraient-ils ?

 Yannis : Je dirais : solidarité, élégance et humilité.

Frédéric : Je rejoins Yannis mais j’ajouterai: humanité, sociabilité et sourire.

 

 En tant qu’hommes, n’est-ce pas difficile de mener un tel projet ?

 Frédéric : Cette question revient très souvent et à juste titre. Ce qu’il faut savoir, c’est que ce n’est pas juste un passe-temps pour nous. C’est une véritable organisation professionnelle. À aucun moment nous ne perdons notre objectif de vue. Nous sommes là pour venir en aide à nos frères, nos soeurs, nos parents qui en ont besoin et qui n’ont malheureusement pas les opportunités dont nous disposons en France. Nous avons une formidable équipe qui se bat au quotidien pendant plus de six mois pour faire de cette élection un beau spectacle. Il y a énormément de sacrifices effectués et nous avons cette responsabilité de ne décevoir personne.

 

 [Frédéric Tiemele] Sur quels critères sont sélectionnés les projets humanitaires ?

Nous n’avons pas de critères pour la sélection des projets humanitaires. Les candidates se présentent et doivent chacune défendre leurs propres idées. C’est leur argumentaire, leur conviction, l’émotion qu’elles transmettent en parlant qui nous séduit. Le caractère caritatif d’un projet n’a nullement besoin de caution de notre part. Il faut juste prendre conscience de notre responsabilité,  vis a vis des populations en difficultés. C’est en cela que réside le fondement de notre association.

 

Y a-t-il un suivi de ce projet humanitaire après le mandat de la gagnante ?

Oui, nous suivons de très près l’évolution du projet de la lauréate. Dès son élection et durant tout son mandat nous travaillons ensemble à son élaboration et ce, jusqu’à sa réalisation effective. Nous mettons un point d’honneur à ce qu’elle ne se sente jamais seule dans cette entreprise. C’est l’objectif de notre association que d’apporter notre aide aux populations qui en ont besoin, alors, même après son mandat nous continuons de suivre la progression du projet qu’elle a initié.

 

Avez-vous des partenaires implantés sur le continent ?

 Yannis : Nous sommes en partenariat avec l’ambassade de Côte d’Ivoire en France et avec le COMICI (Comite d’Organisation Miss Côte d’Ivoire), qui organise l’élection nationale en Côte d’Ivoire. Cette collaboration nous a conféré  une grande exposition dans ce pays. Ainsi, nous avons pu nouer des relations avec d’autres institutions sur place qui engendreront bientôt de nouvelles coopérations.

 

Comment cette initiative est-elle perçue par la diaspora ivoirienne de France ?

 Yannis : Nous recevons énormément de messages de soutiens, d’encouragements et de félicitations. Cela nous fait vraiment plaisir. C’est dire que notre petite initiative a su rencontrer son public et est vraiment appréciée. En témoigne le nombre grandissant de spectateurs qui assistent à l’élection tous les ans. D’ailleurs, je profite de cette opportunité qui m’est donnée pour remercier vivement le public car c’est lui qui contribue à notre succès. La présence de ces sympathisants nous motive à en faire toujours davantage et à aller plus loin.

Yannis Kouassi (Président de l’association One Cause et du Comité miss Côte d’Ivoire France); en arrière-plan les membres de l’association et du comité; en arrière-plan gauche Frédéric Tiemele (responsable des missions humanitaires)

 

Après cette troisième édition, quels objectifs espérez-vous atteindre avec l’association One Cause ?

 Frédéric : Nous avons de grands et beaux projets en tête ! Tout d’abord, nous allons continuer sur notre lancée avec le concours Miss Cote d’Ivoire France, en n’ayant de cesse de l’améliorer. Nous envisageons de rendre ce concours incontournable et pour cela nous travaillons dur. En ce qui concerne notre association, il nous faut aujourd’hui l’établir concrètement dans l’esprit de tous car elle passe souvent à la trappe. Yannis le Président ,et tous les autres membres de l’association s’acharnent à mettre en place tout un programme à cet effet.

 

 L’association a-t-elle d’autres activités ?

 Yannis : Oui, nous collaborons avec d’autres associations de la diaspora en France sur différents projets. Nous participons à plusieurs autres programmes notamment au Congo Brazzaville avec “La nuit des Miss de la Diaspora – organisée par Teddy Abonkele, l’homme à l’origine de Miss Congo France. C’est Tina Deignan, Miss Côte d’Ivoire France 2014 qui y est allée l’année dernière. Elle a pu, en plus de ce spectacle, rencontrer certaines personnalités Congolaises et visiter des orphelinats les bras chargés de cadeaux. Nous sommes actuellement en pleine préparation d’autres événements dans le domaine du sport; ils seront en lien direct avec l’essence même de notre association qui est le renforcement des liens entre les populations du continent africain et les populations issues de la diaspora en Europe, notamment en France.

 

Rejoignez la communauté Nofi

La communauté Nofi, c'est du contenu exclusif, des jeux-concours, des codes promos Nofistore et plein d'autres surprises !