Trilogie Kemi Seba

Des Israéliens d’origine éthiopienne manifestent contre les bavures racistes policières

Société

Des Israéliens d’origine éthiopienne manifestent contre les bavures racistes policières

Par Sandro CAPO CHICHI

Environ un millier d’Israéliens d’origine éthiopienne se sont rassemblés jeudi dernier dans les rues de Jerusalem pour protester contre les bavures racistes de la police israélienne.

Par Sandro CAPO CHICHI / nofi.fr

Assisterait-on à un ‘Printemps noir’? Après les vives protestations aux Etats-Unis dénonçant le nombre toujours grandissant de bavures policières au détriment de Noirs, les rues de Jerusalem ont assisté jeudi dernier à une manifestation pour les mêmes motifs. Le déclencheur de la protestation fut la diffusion en ligne d’une vidéo montrant l’agression, quelques jours auparavant, d’un soldat de l’armée israélienne d’origine éthiopienne, Demas Fekadeh par des policiers israéliens à Holon dans la banlieue de Tel Aviv. Pour ne pas avoir obéi (à temps?) à l’ordre d’un policier lui demandant de se déplacer, il a été agressé physiquement par ce dernier, rapidement rejoint dans son forfait par un autre de ses collègues.
https://youtu.be/9ELlpRX3i7s

Cet incident fait suite à d’autres du même type. En juillet dernier, Yosef Salamseh, un Israélien d’origine éthiopienne âgé de 22 ans, aurait été approché par des policiers dans un parc public. Ils l’auraient accusé d’un cambriolage et tiré dessus avec un taser, l’auraient frappé, menotté ses mains et ses jambes et l’auraient jeté dans un fourgon de police. Lorsque ses parents arrivèrent sur place, ils découvrirent leur fils seul et inconscient sur le sol du parking du commissariat. La famille chercha à élucider les causes de cet incident mais fut selon elle persécutée par la police. Plusieurs mois plus tard, Salamseh fut retrouvé mort, officiellement de suicide, sans que la famille ne puisse avoir accès au corps ou au rapport d’autopsie du jeune homme.

Yithzak Yosef Salamseh

Yithzak Yosef Salamseh

La manifestation du 30 avril, qui a rassemblé près de 1000 personnes aurait selon la police dégénéré lorsque celle-ci aurait cherché à disperser les manifestants. Ceux-ci auraient répliqué en lançant des projectiles sur les forces de l’ordre. Trois policiers et dix manifestants auraient été traités pour blessure. Les accusations de racisme dans l’agression de Fekadeh sont apparues nettement dans les slogans des manifestants, une pancarte disant « En Europe on tue des Juifs parce qu’ils sont juifs et en Israel on tue des Juifs parce qu’ils sont noirs. » La parlementaire du parti centre-gauche ‘l’Union Sioniste’ Shelly Yacimovich a appuyé l’hypothèse de motivations racistes dans l’agression du soldat de l’armée israélienne: « Il n’est pas inimaginable de penser que si le soldat qui avait été agressé avait la peau claire, de préférence avec une apparence européenne, il n’aurait pas été victime d’une telle agression de la part de la police. » Une enquête a été ouverte.

La manifestation du 30 aril 2015 à Jerusalem (Crédit photo : Emil Salman)

La manifestation du 30 avril 2015 à Jerusalem (Crédit photo : Emil Salman)