La NHA fête ses 10 ans

Burundi : l’armée capitule après une tentative de coup d’Etat avortée

Politique

Burundi : l’armée capitule après une tentative de coup d’Etat avortée

Par Sébastien Badibanga 15 mai 2015

Pour ne rien manquer de l'actualité,
inscrivez-vous à la newsletter depuis ce lien
Recevez du contenu exclusif, de l'actualité, des codes promos Nofi Store ainsi que notre actualité évenementielle chaque week-end !

Le président Pierre Nkurunziza est de retour au Burundi et doit s’exprimer ce vendredi sur la tentative de coup d’Etat avortée dont il a été victime alors qu’il participait à un sommet régional en Tanzanie.

Le général Godefroid Niyombare a annoncé sa reddition. L’ex-chef du service des renseignements burundais a déclenché les hostilités, le 13 mai, en annonçant la destitution du président Pierre Nkurunziza. Or, ce dernier se trouvait en Tanzanie où il participait à un sommet régional.

Cette tentative de coup d’Etat n’a pas été approuvée par l’ensemble de l’armée. Du coup, des forces loyalistes ont combattu les soldats putschistes à Bujumbura, la capitale, pendant deux jours.

Jeudi, les rebelles ont reconnu leur échec. “Je le reconnais, notre mouvement a échoué (…) Nous avons rencontré une trop grande détermination militaire pour soutenir le système au pouvoir”, a avoué le général Cyrille Ndayirukiye, rapporte Le Monde Afrique.

“Nous avons décidé de nous rendre. J’espère qu’ils ne vont pas nous tuer”, a déclaré le général Godefroid Niyombare, ancien membre de la rébellion qui a pris le pouvoir en 2005.

Le Chef de l’Etat burundais, de retour au pays, doit s’exprimer ce vendredi sur la tentative de putsch dont il a été victime.

Depuis le 26 avril, plusieurs milliers de Burundais manifestent contre sa troisième candidature à l’élection présidentielle. Et pour cause, la Constitution limite les candidats à deux mandats présidentiels.

Cette crise aurait causé la mort d’une quinzaine de personnes. Selon le Haut commissariat aux réfugiés (HCR), plus de 105 000 Burundais ont fui le pays.