Trilogie Kemi Seba

Burundi : l’armée capitule après une tentative de coup d’Etat avortée

Politique

Burundi : l’armée capitule après une tentative de coup d’Etat avortée

Par Sébastien Badibanga

Le président Pierre Nkurunziza est de retour au Burundi et doit s’exprimer ce vendredi sur la tentative de coup d’Etat avortée dont il a été victime alors qu’il participait à un sommet régional en Tanzanie.

Le général Godefroid Niyombare a annoncé sa reddition. L’ex-chef du service des renseignements burundais a déclenché les hostilités, le 13 mai, en annonçant la destitution du président Pierre Nkurunziza. Or, ce dernier se trouvait en Tanzanie où il participait à un sommet régional.

Cette tentative de coup d’Etat n’a pas été approuvée par l’ensemble de l’armée. Du coup, des forces loyalistes ont combattu les soldats putschistes à Bujumbura, la capitale, pendant deux jours.

Jeudi, les rebelles ont reconnu leur échec. « Je le reconnais, notre mouvement a échoué (…) Nous avons rencontré une trop grande détermination militaire pour soutenir le système au pouvoir », a avoué le général Cyrille Ndayirukiye, rapporte Le Monde Afrique.

« Nous avons décidé de nous rendre. J’espère qu’ils ne vont pas nous tuer », a déclaré le général Godefroid Niyombare, ancien membre de la rébellion qui a pris le pouvoir en 2005.

Le Chef de l’Etat burundais, de retour au pays, doit s’exprimer ce vendredi sur la tentative de putsch dont il a été victime.

Depuis le 26 avril, plusieurs milliers de Burundais manifestent contre sa troisième candidature à l’élection présidentielle. Et pour cause, la Constitution limite les candidats à deux mandats présidentiels.

Cette crise aurait causé la mort d’une quinzaine de personnes. Selon le Haut commissariat aux réfugiés (HCR), plus de 105 000 Burundais ont fui le pays.