Histoire et Culture Noire/ Les 1ères Miscellanées Panafricaines

Présidentielle en Côte d’Ivoire : Alassane Ouattara candidat à sa succession

Politique

Présidentielle en Côte d’Ivoire : Alassane Ouattara candidat à sa succession

ParSébastien Badibanga

Samedi, le président sortant ivoirien Alassane Ouattara a été officiellement investi candidat à sa propre succession pour l’élection présidentielle qui se tiendra fin octobre 2015.

Lors d’un meeting, qui s’est déroulé samedi au stade Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan, le président sortant ivoirien Alassane Ouattara a été officiellement investi candidat du Rassemblement des Houphouëtistes pour le développement et la paix (RHDP).

« ADO » est « candidat unique du RHDP pour les élections présidentielles », a annoncé Henri Konan Bédié aux 40 000 supporters rassemblés sur le terrain de football de la capitale ivoirienne.

Il avait été désigné, le 22 mars dernier, par son parti le Rassemblement des républicains (RDR). Elu en 2010, il brigue donc un nouveau mandat de cinq ans.

Il compte sur son bilan

Sous une chaleur battante, le président sortant Alassane Ouattara a tenu un discours de six heures de long. « Nous voulons une Côte d’Ivoire unie. Une Côte d’Ivoire où règnent l’amour et le respect entre citoyens. Une côte d’Ivoire solidaire, qui fait de la diversité une force. Une Côte d’Ivoire dans laquelle il n’y a plus de place pour les cyniques (…) », a-t-il dit. Et de poursuivre : « Une Côte d’Ivoire résolument au travail, qui croit en son avenir radieux (…) est possible : nous avons commencé à le démontrer, il y a maintenant quatre ans. » « Si, en 2010, notre programme a parlé au coeur des Ivoiriens, nous sommes convaincus qu’en 2015, ce sont nos actes qui parleront pour nous », a-t-il expliqué, rapporte RFI Afrique.

Le candidat à sa propre succession a reçu des nombreux soutiens, notamment ceux de ses alliés. « Malgré ce que vous aurez réalisé, il y aura toujours des gens pour dire qu’Alassane Ouattara n’a rien fait pour son pays. Et pourtant, le bilan est là, le bilan parle pour vous, et les Ivoiriens le voient », a affirmé  Albert Mabri Toikeusse, le président de l’Union pour la Démocratie et pour la Paix en Côte d’Ivoire (UDPCI). « Aujourd’hui, toutes les institutions de la République fonctionnent de manière normale. De grands défis restent à relever, notamment au niveau social, vrai gagnant d’une paix durable et de la cohésion nationale », estime-t-il.

Même le président gabonais, Ali Bongo, a fait le déplacement pour assister à cette officialisation de l’investiture d’Alassane Ouattara à l’élection présidentielle d’octobre. Le président sortant devrait se mesurer à au moins un concurrent du Front populaire ivoirien (FPI) qui vient de confirmer que le parti présentera bel et bien un candidat pour ce scrutin national.