Trilogie Kemi Seba

Football : Souleymane, l’homme victime de racisme dans le métro parisien mis à l’honneur avant PSG-Barcelone

Société

Football : Souleymane, l’homme victime de racisme dans le métro parisien mis à l’honneur avant PSG-Barcelone

Par Abou Cissé

La Franco-Mauritanien Souleymane a subi un acte raciste de supporters de Chelsea dans le métro parisien avant PSG-Chelsea à la mi-février dans le cadre des huitièmes de finale de la Ligue des champions. Il recevra ce mercredi soir sur la pelouse du Parc des Princes un ballon dédicacé par les joueurs du PSG et du FC Barcelone en marge de ce quart de finale de la compétition européenne.

Souleymane accepte la proposition parisienne. A la suite de l’incident du métro parisien qui s’est déroulé quelques instants avant la manche aller entre PSG-Chelsea, à la mi-février, l’homme de 33 ans avait refusé l’invitation du club anglais de Chelsea pour voir la manche retour des huitièmes de finale de la Ligue des champions qui s’est terminé par un 2-2 le 11 mars dernier à Londres. Par le biais de son avocat, Jim Michel-Gabriel, a publié lundi un communiqué dans lequel il révèle que son client se rendrait sur la pelouse du Parc des Princes avant le match face à Barcelone à l’occasion des quarts de finale de la Ligue des champions. Dans les alentours de 20h10/20h15, il recevra un ballon signé par les deux équipes des mains des deux capitaines.

L’UEFA a chipoté pour la programmation de cette remise

Pour marquer encore plus le coup médiatiquement par rapport à cette histoire, le Paris Saint-Germain avait organisé cette remise de ballon juste avant le coup d’envoi de la rencontre mais la requête avait été annulée par l’UEFA. L’instance européenne dirigé par le Français Michel Platini ne voulait pas que le protocole de la compétition soit modifié. Résultat, une autre solution a été retenue par Jean-Claude Blanc, le directeur général du club de la capitale en accord avec l’UEFA. Les deux ont trouvé un nouveau créneau pour que ce moment se déroule juste avant l’échauffement entre les deux formations.

Souleymane attend le verdict des auteurs de cet acte raciste

Après ce geste symbolique, Souleymane gardera un œil attentif à son action en justice contre ces cinq hommes anglais, âgés de 20 à 50 ans qui doivent comparaître devant la justice britannique les 15 et 16 juillet, dans une procédure au civil. En attendant leurs sentences, ils ont tous été interdits de stade par le club de Chelsea. Le père de famille (3 enfants) qui réside dans une ville du Val d’Oise avec son épouse mais qui est né à Paris reste confiant quant à leur sort. «J’ai confiance en mon pays, en mon avocat et je veux que ces gens soient poursuivis pour que justice soit faite», avait-il rappelé le 11 mars dernier à RTL.

Le racisme, un mal difficile à combattre

En tout cas, ce 17 février dernier restera une date marquante à vie pour Souleymane. Alors qu’il patientait pour monter dans le métro 9 à la station Richelieu-Drouot, l’homme de 33 ans a été victime d’un acte raciste par des «supporters» anglais (des hooligans) qui l’ont empêché d’accéder au métro, en proférant des chants racistes à son encontre. «We’re racist, we’re racist and that’s the way we like it» («Nous sommes racistes, nous sommes racistes, et on aime ça»). Le président français François Hollande l’a appelé le vendredi 20 février pour saluer son courage face à cette épreuve qu’il a traversé. Malgré les actions de l’UEFA ou de la FIFA avec leur campagne de messages contre le racisme dans le football à une certaine période de la saison, le mal est toujours là et s’est même prolongé en dehors du stade avec cet incident inédit.

Le témoignage poignant du Souleymane au Grand Journal

Souleymane S. – Le Grand Journal du 19/02

Comment en 2015, on peut encore assister à ce genre de scène. Bon ce fait ne va pas éradiquer le racisme mais espérons qu’ils changent les mentalités de ces types d’individus. Lors de son témoignage sur le grand journal sur Canal+, Souleymane a confirmé subir d’autres actes racistes dans sa vie quotidienne à tel point « qu’il est vacciné » contre les insultes et autres actions mais comme il a dit « il faut que ça s’arrête ». Le chemin risque d’être long mais réalisable pour les noirs de France et du reste du monde car nous sommes tous nés libres et égaux.