NATIONS NÈGRES ET CULTURE – CHEIKH ANTA DIOP

Ebola : Les présidents de Guinée, Sierra Leone et Liberia reçus par Barack Obama à Washington

Politique

Ebola : Les présidents de Guinée, Sierra Leone et Liberia reçus par Barack Obama à Washington

Par Sébastien Badibanga

Mercredi 15 avril, le président américain Barack Obama a reçu à la Maison Blanche la Libérienne Ellen Johnson Sirleaf, le Guinéen Alpha Condé et le Sierra-Léonais Ernest Bai Koroma. Ces trois présidents africains sollicitent l’aide du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale afin de redresser leur économie qui souffre de l’impact causé par l’épidémie d’Ebola.

Au cours de cette rencontre avec les trois chefs d’Etats africains, le président américain Barack Obama a d’abord souligné les progrès incontournables dans la utte contre l’épidémie d’Ebola, avant d’appeler la communauté internationale à rester vigilante.

« Un total de 40 cas seulement a été recensé la semaine dernière en Guinée et en Sierra Leone et aucun au Liberia », indique RFI Afrique.

A Washington, la Libérienne Ellen Johnson Sirleaf, le Guinéen Alpha Condé et le Sierra-Léonais Ernest Bai Koroma ont sollicité l’aide du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale afin de redresser leur économie qui souffre de l’impact causé par le virus Ebola.

Résultats prometteurs sur un vaccin anti-Ebola

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), les traces de l’épidémie ont été découvertes dans le sperme d’un Libérien gueri depuis près de six mois.

C’est ce cas qui explique l’inquiétude des observateurs. A en croire Dr Frieden, directeur du centre de contrôle et de prévention des maladies d’Atlanta, qui s’est exprimé devant le Congrès américain, la maladie est loin d’avoir disparu.

Cela dit, il y a des motifs d’espoir. Le docteur Anthony Fauci affirme que les travaux effectués sur un vaccin anti-Ebola, testé sur 1 100 Libériens, avaient donné des résultats prometteurs.

Un an après le début de la propagation de l’épidémie, la situation n’est toujours pas maîtrisée en Afrique puisqu’elle continue de tuer.