POLITIQUE

Burundi : L’opposition s’oppose au troisième mandat du président sortant

Le troisième mandat du président sortant Pierre Nkurunziza pose problème à l’opposition burundaise qui a appelé à manifester. Et pour cause ? La Constitution limite les candidats à deux mandats.

Est-ce qu’on se dirige vers un scénario semblable à celui du Burkina Faso ? L’opposition burundaise s’oppose au troisième mandat du président sortant Pierre Nkurunziza.

Du coup, elle appelle les Burundais à la résistance jusqu’à ce que le chef de l’Etat renonce à la candidature à sa propre succession.

« J’appelle tous les Burundais et toutes les Burundaises, à venir tous, démontrer leur refus au piétinement de la Constitution et de l’accord d’Arusha pour la paix et la réconciliation », a déclaré Jean Minani, le président du parti Frodebu Nyakuri, rapporte RFI Afrique.

Et de préciser : « Il y a une loi. S’ils osent la violer, c’est la révolte, ce sont les insurrections. Je pense que les institutions qui sont en charge de ramener l’ordre public vont faire leur travail », affirme le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Térence Ntahiraja.

Par conséquent, ce bras de fer entre l’opposition et le pouvoir en place crée des tentions dans le pays. Pour preuve, deux étudiants à l’université du Burundi, accusés de faire de la propagande contre la candidature du président sortant, ont été arrêtés et écroués dimanche pour outrage au chef de l’Etat.

Journaliste-reporter, cool et branché. La politique est mon dada. J'aime aussi : la culture, les Etats-Unis, le PSG, l'électro et la mode. Je suis un épicurien qui croque la vie à pleine dent. "Je ne suis pas là pour plaire ou déplaire, mais pour porter la plume dans la plaie" (Albert Londres).

Articles : 293