NATIONS NÈGRES ET CULTURE – CHEIKH ANTA DIOP

Mali : « Les terroristes veulent déstabiliser Bamako et entraver les Accords d’Alger »

Politique

Mali : « Les terroristes veulent déstabiliser Bamako et entraver les Accords d’Alger »

Par Sébastien Badibanga

Ce lundi, le Mali s’est réveillé sous le choc après un week-end meurtri par deux attentats. Samedi, un restaurant de Bamako a été pris pour cible. Bilan : cinq morts, dont un Français, un Belge et trois Maliens. Dimanche à Kidal, la base de la Minusma a été touchée par des tirs de roquettes tuant deux enfants et un Casque bleu tchadien. Même si le président malien Ibrahim Boubacar Keita (IBK) appelle au calme, la peur gagne peu à peu la capitale malienne. Le spécialiste du Mali, Michel Galy explique à Nofi les raisons de ce regain de tension.

(Interview Nofi)

Nofi : C’est le premier attentat tuant des Occidentaux à Bamako. Expliquez-nous quels sont le symbole et le message que les commanditaires de cet acte terroriste ont voulu transmettre aux autorités maliennes ainsi qu’à leurs soutiens européens ?

Michel Galy : Les terroristes ont démontré qu’ils peuvent frapper partout. Notamment dans la capitale malienne qui était supposée être à l’abri du danger. Par ailleurs, les commanditaires de l’attentat qui a visé le restaurant « La Terrasse » essayent de bloquer les Accords d’Alger qui ne sont pas encore signés par la Coordination des mouvements de l’Azawad. En outre, c’est aussi un avertissement au gouvernement français qui est engagé en ce moment au Sahel avec son opération Barkhane, visant à lutter contre les groupes jihadistes armés.

Le groupe Al-Mourabitoune de l’Algérien Mokhtar Belmokhtar a revendiqué cet attentat. Mais, qui est vraiment derrière cette attaque meurtrière qui a causé la mort de cinq personnes ?

Exactement. Certains observateurs voient la main des services secrets algériens derrière plusieurs événements survenus sur le sol malien. Personnellement, je n’y crois pas à cette théorie. Les mouvements jihadistes ont des allégeances diverses comme le Maroc ou d’autres Etats du Sahel qui ne sont pas forcément ravis de perdre la main dans les négociations. Avant les Accords d’Alger, qui se négocient toujours, il y avaient les Accords de Ouagadougou, capitale du Burkina Faso, qui n’ont jamais été appliqués.

Pourquoi ces terroristes ont-ils choisi de viser Bamako au moment même que les Accords d’Alger sont en train de porter leurs fruits ?

Ils veulent déstabiliser le pouvoir de Bamako et entraver les Accords d’Alger. De plus, Mokhtar Belmokhtar voulait venger le numéro 2 de son groupe récemment tué par la force Barkhane menée par la France.

Selon-vous, il y aurait un lien entre l’attentat de Bamako et celui de Paris ?

Il y aurait d’hypothétiques liens avec les attentats de Paris. Il faut dire que Amedy Coulibaly, auteur des attentats de l’hyper Cacher, est d’origine malienne. Dans une vidéo, il soulignait que son acte était une réponse à l’intervention française au Nord-Mali, l’opération Serval suivie par l’opération Barkhane. Cela veut dire que le conflit se mondialise.

Alors, doit-on craindre une guerre généralisée ?

Non, je ne crois pas. Il faut néanmoins reconnaître qu’avant les attentats de Bamako et Kidal, il y a eu le lynchage à Gao de deux supposés poseurs de bombe. Cependant, je pense que l’événement survenu dans la capitale malienne  est quelque chose de ponctuel et spontané.