Trilogie Kemi Seba

La dernière sortie musclée d’Azealia Banks

Culture

La dernière sortie musclée d’Azealia Banks

Par Sandro CAPO CHICHI

Azealia Banks a jeté un nouveau pavé dans la mare des relations raciales dans le hip-hop.

Par Sandro CAPO CHICHI / nofi.fr

En couverture de la dernière édition du magazine américain Playboy, la rappeuse Azealia Banks nous y a gratifié d’une interview dont elle a le secret. Au programme, sa haine de son pays, sa sexualité, les réparations, le racisme et les relations raciales dans le hip-hop. Morceaux choisis (avec en bonus nos commentaires, façon guide culinaire):

156580

 

 

Ma plus longue relation amoureuse a duré quatre ans. Elle a commencé quand j'avais 17 ans. Il en avait 43. Il y a quelque chose de malsain pour qu'un homme de cet âge sorte avec une fille de 17 ans. (...) Quand ma carrière a commencé à décoller, il est devenu jaloux. Il m'a étranglé et il m'a battu et il est clair qu'on ne doit pas coucher avec quelqu'un qui lève la main sur vous, mais j'étais jeune et stupide.

Ma plus longue relation amoureuse a duré quatre ans. Elle a commencé quand j’avais 17 ans. Il en avait 43. Il y a quelque chose de malsain pour qu’un homme de cet âge sorte avec une fille de 17 ans. (…) Quand ma carrière a commencé à décoller, il est devenu jaloux. Il m’a étranglé et il m’a battu et il est clair qu’on ne doit pas coucher avec quelqu’un qui lève la main sur vous, mais j’étais jeune et stupide.

J’ai déjà parlé à plusieurs reprises de la victimisation outrancière d’Azealia Banks, qui semble lui servir de caution pour attaquer violemment les autres et je me demande si le fait de tenir ces propos sur des agressions qu’elle a subi ne s’inscrivent pas dans cette dynamique. Accordons lui toutefois la présomption d’innocence, puisque c’est en répondant aux questions d’un journaliste sur la durée de ses relations que Banks a abordé le sujet.

(S'il y a quelqu'un dont je voudrais bien émuler la carrière, ce serait )Jay-Z.(...) Dans la société américaine, il faut être un Noir inoffensif. "C'est pour ça que vous avez Pharrell ou Kendrick Lamar en train de dire : "Comment on peut attendre des autres qu'ils nous respectent si on ne se respecte pas nous-mêmes." Il joue ce rôle du Noir inoffensif et c'est pour ça qu'il a toutes ces mères de famille blanches en train de dire qu'elles l'adorent. Même Kanye West joue un peu à ce jeu-"Accepte moi s'il te plaît, monde blanc". Jay Z n'a jamais joué à ce jeu et c'est ce que j'apprécie.

(S’il y a quelqu’un dont je voudrais bien émuler la carrière, ce serait )Jay-Z.(…) Dans la société américaine, il faut être un Noir inoffensif. « C’est pour ça que vous avez Pharrell ou Kendrick Lamar en train de dire : « Comment on peut attendre des autres qu’ils nous respectent si on ne se respecte pas nous-mêmes. » Il joue ce rôle du Noir inoffensif et c’est pour ça qu’il a toutes ces mères de famille blanches en train de dire qu’elles l’adorent. Même Kanye West joue un peu à ce jeu-« Accepte moi s’il te plaît, monde blanc ». Jay Z n’a jamais joué à ce jeu et c’est ce que j’apprécie.

Hm? Je ne connais pas aussi bien la scène du Hip-Hop qu’ Azealia Banks, mais s’il ne me semble pas Jay-Z cherche ouvertement l’approbation du Blanc, il semble bien chercher en revanche celle, du Vert, autrement connu sous le nom de Dollar. C’est ce que laisse penser son refus d’abandonner sa collaboration avec le magasin new-yorkais Barneys alors qu’il était pourtant la cible de nombreuses accusations de racisme. Et si Jay-Z a à la suite de cette polémique décidé d’offrir 100% au lieu des 20% des bénéfices prévus à son association caritative, on ne peut que faire remarquer que cela n’empêchera en rien une éventuelle future collaboration encore plus lucrative entre le rappeur et l’enseigne.
Jay-Z ne m’a pas non plus paru avoir voulu fouler au pied l’approbation blanche en déclarant il y a quelques mois que le hip-hop avait fait mieux que les activistes noirs de son pays pour lutter contre le racisme. Par le même phénomène d’intérêt d’un public blanc pour une autre musique noire comme le Rock’n’Roll s’est produit un phénomène de blanchiment de cette musique où les Noirs font aujourd’hui figure d’oiseau rare.

(Pourquoi on m’accuse de tout le temps de parler de race?) Parce vous tous me devez tous des réparations (pour l’esclavage NDLR)!(Rires (sic)) C’est pourquoi je parle toujours de race. En réalité, les effets de la ségrégation raciale et de la pauvreté sont toujours palpables. Dès que j’ai mon argent, je me barre d’ici et je vous laisse tous dans votre galère. (Oui je veux quitter les Etats-Unis!) Je déteste tout dans ce pays. Je déteste les Blancs américains obèses. Tous ces gens coincés en plein milieu de l’Amérique, le gras de l’Amérique, ce sont ces Blancs conservateurs et racistes qui vivent dans leurs fermes. Toutes ces ados blanches qui bossent au supermarché et qui ont une mémé raciste-c’est ça la vraie Amérique. (Non si les gens ne m’aiment pas, cela ne veut pas dire qu’ils sont racistes) Il y a de la misogynie et il quelque chose appelé misogynoir [un mot inventé par l’écrivaine Moya Bailey pou décrire ‘la manière unique dont les femmes noires sont pathologisées dans la culture populaire].

 

Donc en gros, si on n’apprécie pas Azealia Banks, ce n’est pas à cause d’elle mais à cause de la discrimination que subissent les femmes et les Noirs. Son caractère est irréprochable et l’on peut penser que si elle venait à être critiquée par des femmes noires elles aussi discriminées, Banks en viendrait à dire qu’on ne l’aime pas parce qu’il existe une discrimination contre les femmes noires aux cheveux violets. Une stratégie de victimisation, qui comme on l’a dit lui permet d’insulter ses cibles avec une rare violence, leur causant apparemment des dégâts comme on l’a vu avec Iggy Azalea, qui à la suite de la polémique causée par Banks a quitté les réseaux sociaux et serait sur le point d’abandonner sa tournée, par manque de billets vendus ou même par dépression. Et le succès du nouvel album d’Azealia Banks semble avoir été renforcé par ses prises de position agressives contre Iggy Azalea, laissée par terre et sans dents par sa rivale.

Les livres d'histoire aux Etats-Unis sont la pire des choses si vous n'êtes pas blanc. "L'homme blanc vous a donné le droit de vote. Il vous a christianisé et vous a appris à parler anglais. S'il n'ait pas été là, vous vivriez toujours dans une hutte." (...). Les jeunes Noirs devraient voir leur propre programme scolaire qui ne commence pas avec ce voyage en bateau depuis l'Afrique. Tout ce que l'on apprend en tant qu'enfant noir est qu'en venant ici en bateau, on avait rien, et qu'on a toujours rien. Mais qu'est ce qui se passait en Afrique? De quelle culture nous a-t-on arrachés? Cette information est vitale pour la survie d'un jeune âme noire.

Les livres d’histoire aux Etats-Unis sont la pire des choses si vous n’êtes pas blanc. « L’homme blanc vous a donné le droit de vote. Il vous a christianisé et vous a appris à parler anglais. S’il n’ait pas été là, vous vivriez toujours dans une hutte. » (…). Les jeunes Noirs devraient voir leur propre programme scolaire qui ne commence pas avec ce voyage en bateau depuis l’Afrique. Tout ce que l’on apprend en tant qu’enfant noir est qu’en venant ici en bateau, on avait rien, et qu’on a toujours rien. Mais qu’est ce qui se passait en Afrique? De quelle culture nous a-t-on arrachés? Cette information est vitale pour la survie d’un jeune âme noire.

Amen.