Malkia - Le réveil du Ka

Biens mal acquis : Karim Wade risque 7 ans de prison

Politique

Biens mal acquis : Karim Wade risque 7 ans de prison

Par Sébastien Badibanga

Après sept mois d’audience, le parquet spécial a requis sept ans d’emprisonnement à l’encontre de Karim Wade. A cette peine, s’ajoutent les amendes préconisées par le procureur. Le fils de l’ancien président Abdoulaye Wade est poursuivi pour enrichissement illicite et corruption.

Karim Wade a du souci à se faire. Le fils de l’ancien président Abdoulaye Wade pourrait bien écoper de sept ans d’emprisonnement. En effet, c’est le réquisitoire du parquet spécial, prononcé mardi lors d’une audience qui a rassemblé 40 témoins. L’ancien ministre sénégalais n’est pas au bout de sa peine : s’il est condamné, il devrait également payer 250 milliards de FCFA d’amende et ses biens seraient confisqués.

« Il est impossible que le fils de l’ancien président échappe aux liens de la détention. Car en termes de preuves, nous avons l’embarras du choix. Les mécanismes bien huilés qui ont permis l’enrichissement illicite de Karim Wade et de ses neuf présumés complices », a affirmé le substitut du procureur Antoine Diome, rapporte RFI.fr.

prison

Procès à haute tension

Jugé depuis le 31 juillet 2014, Karim Wade est accusé d’enrichissement illicite. Son crime ? C’est d’avoir détourné les deniers publics. Selon la Cour de la répression de l’enrichissement, l’ancien ministre détiendrait des comptes bancaires à l’étranger, non déclarés aux services fiscaux sénégalais.

Depuis le début de l’instruction, le fils Wade dénonce un « procès politique ». D’où les tensions qui règnent lors des audiences. Ainsi, l’accusé et tous les avocats de la défense ont-ils boycotté le jugement de lundi. « Selon eux, la Cour de répression de l’enrichissement chargée de juger Karim Wade fait preuve de partialité. Le principal accusé a aussi décidé de boycotter les audiences, dénonçant une violation de ses droits », indique Afrik.com.

Par ailleurs, Abdoulaye Wade, l’ancien chef d’Etat sénégalais reproche à son successeur Macky Sall d’avoir emprisonné son fils. « Prisonnier politique, réponse politique », avait-il récemment lancé. Par conséquent, si la peine de prison de sept ans prononcée à l’encontre de son fils est confirmée, il pourrait mobiliser ses partisans pour se venger.

Rejoignez la communauté Nofi

La communauté Nofi, c'est du contenu exclusif, des jeux-concours, des codes promos Nofistore et plein d'autres surprises !