Trilogie Kemi Seba

On a regardé pour vous : La série « Empire »

Culture

On a regardé pour vous : La série « Empire »

Par Naya

Les premiers épisodes d’Empire ont été diffusés il y a quelques jours. La série raconte le quotidien d’une famille à la tête d’une des plus grandes sociétés de production musicale des États-Unis. Que vaut réellement la série ? Verdict dans cet article.

La série de « famille riche qui se déchire pour l’héritage familiale » de trop ?

L’une des séries les plus attendues de 2015, a diffusé ses deux premiers épisodes sur la FOX. J’avoue ne pas avoir été très pressée de la regarder. En réalité, j’avais étrangement l’impression qu’il s’agissait d’une série à la « Amour gloire et beauté », une sorte de Soap opéra 2.0 tirant sur les clichés du « noir urbain qui porte des baggys et des durags » (Durag est un mot que je n’ai pas prononcé depuis 2007). Pourquoi avais-je cette vision « cheap » de la série ? Cette affiche un poil kitsch y est peut-être pour quelque chose :

4059390.jpg-r_x_600-f_jpg-q_x-xxyxx

Photo qui me faisait penser aux beaux jours des séries relatant les aventures de familles fortunées des années 1980 :

dallas-4022607wkggd

Dallas, ton univers impitoyable.

 

Je décidais de ranger mes idées préconçues pour me lancer dans le visionnage de la série. Le premier épisode fut une agréable surprise, je décidais donc d’enchainer sur le deuxième. Étant une « série addict », je suis en général assez sévère avec la qualité scénaristique, le jeu d’acteur ou la trame d’une série. Mon constat, après visionnage, est qu’Empire est une belle surprise. Un petit bijou au scénario superbement ficelé. Terrence Howard joue le rôle de Lucious Lyon, ancienne star du Hip-hop et un des plus riches producteurs de disque des États-Unis. Atteint d’une maladie grave, il ne lui reste plus que quelques années pour choisir lequel de ses trois fils prendra la succession de son empire musical.

Une série qui s’écoute

L’univers musical de la série reste son plus grand atout. Tout au long des épisodes on entend des talents qui pourraient rendre jalouses les plus grandes stars du moment. La qualité des titres qui accompagnent la série n’est pas anodine puisque c’est Timbaland qui a apporté son expertise musicale et qui s’est occupé de la bande annonce. Hakeem et Jamal, les plus jeunes fils du producteur Lucious, sont des artistes débutants mais talentueux, l’un dans la soul/rnb, l’autre dans le rap. Les épisodes sont donc ponctués d’interventions musicales assez rafraichissantes, sans que cela tourne à l’impression d’assister à une comédie musicale.

Un univers d’homme porté par une femme

Les personnages ont tous une particularité qui les rend uniques. Lucious est le producteur prêt à tout pour réussir et pour voir son entreprise prospérer. André, son fils ainé, semble marcher sur les pas de son père en étant prêt à tout pour être choisi en tant que successeur. Jamal, le deuxième fils est plus sensible, cherche ses marques dans un univers trop cruel pour lui. Le troisième fils est un jeune adulte trop gâté profitant de l’argent de son père pour faire la fête et coucher avec le plus de femmes possible. Cookie : si vous ne devez retenir qu’un nom c’est bien celui la. Taraji.P.Henson interprète, avec brio, le rôle de cette ex- femme cupide et ambitieuse, maman sortie de prison mais femme intelligente et attachante. On découvre ce personnage atypique, prêt à tout pour récupérer l’empire musical familial et toujours dans l’excentricité mais infailliblement attachée aux enfants qu’elle a eu avec Lucious. Les codes utilisés pour le rôle de Cookie sont poussés à l’excès sans jamais rentrer dans les clichés et les stéréotypes souvent utilisés pour dépeindre les femmes noires au cinéma.

L’homosexualité, un thème tabou chez les noirs

A ma grande surprise, l’homosexualité est l’une des problématiques majeures de la série qui réussit à traiter de ce sujet délicat et peu abordé dans le milieu afro. Jamal, fils le plus talentueux de Lucious, n’a jamais été considéré par son père à cause de son orientation sexuelle. Depuis petit, il subit les brimades de son patriarche sous l’œil protecteur de sa maman qui a toujours eu conscience de sa différence. Alors que Lucious décide de le mettre à l’écart de l’entreprise familiale, sa mère cookie, consciente de son potentiel mène une guerre contre son ex époux pour valoriser Jamal. Le fait-elle par pur amour maternelle ou par intérêt du gain ?

ob_6d0a27_vlcsnap-2015-01-08-19h35m44s11

En définitif, Empire est une série à ne pas rater. Elle réussit à dépeindre l’univers du Hip hop, souvent décrit comme violent, de manière approfondie et réaliste. Les états d’âme de cette famille intéressent et intriguent. L’homosexualité n’est pas ridiculement abordé comme « un gros mot » ou un secret d’état, mais est représentée sans jugements de valeur. Empire n’est pas seulement une fenêtre sur le milieu du Hip-hop et la production musicale aux États-Unis. La nouvelle série réussit à subtilement décrire les rouages et les coups bas dans un milieu hostile régit par la loi du plus fort.

Et vous, qu’avez-vous pensé d’Empire ?