Malkia - Le réveil du Ka

Guadeloupe : une stèle pour les premiers colons fait polémique

Culture

Guadeloupe : une stèle pour les premiers colons fait polémique

Par Sandro CAPO CHICHI

La décision d’inaugurer une stèle dédiée à l’arrivée des premiers Français en Guadeloupe à la fin du mois de janvier 2015 suscite la controverse en Guadeloupe.

Par Sandro CAPO CHICHI / nofi.fr

En 1635, Charles Liénard de L’Olive et Jean Duplessis reçoivent du roi de France la permission de fonder une colonie sur le territoire de l’actuelle Guadeloupe. Après avoir été généreusement accueillis par les autochtones de l’île, les Indiens Karib offrirent régulièrement du poisson et d’autres vivres aux colons alors que ces derniers souffraient d’un manque de nourriture. Bientôt jaloux des richesses des Karib et aigris de leur propre manque de ressources, L’Olive décida de « massacrer les hommes karibs, de voler leurs femmes et enfants et de s’approprier leurs possessions ».

Illustration du peuplement des premiers colons français en Guadeloupe

Illustration de l’arrivée des premiers colons français en Guadeloupe

Les Karibs, avertis du traquenard quittent en avance leurs maisons et brûlent leurs plantations, se réfugiant sur l’Île de la Dominique d’où ils allaient lancer une guérilla de plusieurs années contre les Français. L’Olive, aurait toutefois fait torturer et massacrer avec une extraordinaire cruauté un vieillard karib et ses fils après que ces derniers aient refusé de rappeler les femmes karib en fuite. Ce sont là les débuts de l’histoire des premiers Français en Guadeloupe.

Charles Liénard de L'Olive

Charles Liénard de L’Olive

Aujourd’hui, une association locale, le Cercle Culturel Auguste Lacour a décidé d’inaugurer une stèle en l’honneur des premiers colons français à peupler l’île en 1635:
Les membres du Cercle culturel Auguste Lacour ont le plaisir de vous inviter Samedi 31 Janvier 2015 à 14h30 précises à l’inauguration de la stèle commémorant l’arrivée
des premiers Français en Guadeloupe le 29 juin 1635. Le lieu : tout au bout de la « Pointe Allègre », commune de Sainte-Rose. Une pancarte vous indiquera le chemin d’accès, qui se trouve un peu avant la plage de Cluny.

De nombreux Guadeloupéens se sont mobilisés contre cette initiative qualifiée comme une insulte à la mémoire des autochtones karib et des esclaves africains morts au nom de cette entreprise de colonisation. Le porte-parole du parti LKP (Liyannaj Kont Pwofitasyon) Elie Domota a ainsi interpellé le Président français François Hollande dans une lettre ouverte où il reproche au Cercle Culturel Auguste Lacour de faire l’apologie de l’esclavage des Noirs, pourtant un crime contre l’humanité selon la loi Taubira de 2001:

Elie Domota à François Hollande: "Alors, Monsieur le Président de la République Française, - Que comptez-vous faire pour rendre justice à ces milliers de descendants d’esclaves insultés et méprisés et mettre fin à la permission de faire l’apologie de l’esclavage offerte par la loi en France ? - Que comptez-vous faire pour mettre fin à ces provocations et insultes qui font l’apologie de l’esclavage et cela au moment même où des nostalgiques de la société de plantation veulent célébrer les premiers colons blancs génocidaires et esclavagistes arrivés en 1635, en Guadeloupe ? - Que comptez-vous faire pour mettre fin à ces insultes qui font l’apologie de l’esclavage et de la traite négrière au moment même où chacun parle du vivre ensemble ? "

Elie Domota à François Hollande: « Alors, Monsieur le Président de la République Française,
– Que comptez-vous faire pour rendre justice à ces milliers de descendants d’esclaves insultés et méprisés et mettre fin à la permission de faire l’apologie de l’esclavage offerte par la loi en France ?
– Que comptez-vous faire pour mettre fin à ces provocations et insultes qui font l’apologie de l’esclavage et cela au moment même où des nostalgiques de la société de plantation veulent célébrer les premiers colons blancs génocidaires et esclavagistes arrivés en 1635, en Guadeloupe ?
– Que comptez-vous faire pour mettre fin à ces insultes qui font l’apologie de l’esclavage et de la traite négrière au moment même où chacun parle du vivre ensemble ? « 

Notre confrère du journal en ligne Caraib Creole News, Danik I. Zandwonis a exprimé un mécontentement encore plus virulent à ce sujet :

Janik I. Zandwonis : "Car quand au fond, ces nostalgiques de l’ordre esclavagiste et colonial, essaient au nom de la » mémoire » de placer leur prétendue « commémoration » au même niveau historique que les légitimes révoltes des négres esclaves (1802). Ces békés néo -esclavagistes veulent essayer de hisser le débarquement des colons sur la Terre Amérindienne de Guadeloupe, comme un fait historique « normal ». Un -simple acte de « mémoire » qui pourrait être équivalent à l’arrivée en Guadeloupe en 1854 des premiers travailleurs indiens. C’est une grossière tentative de manipulation de notre histoire. Car ces békés néo- colonialistes « oublient » qu’il n 'y a pas eu de « bienfaits de la colonisation » que la : traite négrière et e l’esclavage sont des « crimes contre l’humanité »"

Danik I. Zandwonis : « Car quand au fond, ces nostalgiques de l’ordre esclavagiste et colonial, essaient au nom de la » mémoire » de placer leur prétendue « commémoration » au même niveau historique que les légitimes révoltes des négres esclaves (1802).
Ces békés néo -esclavagistes veulent essayer de hisser le débarquement des colons sur la Terre Amérindienne de Guadeloupe, comme un fait historique « normal ». Un -simple acte de « mémoire » qui pourrait être équivalent à l’arrivée en Guadeloupe en 1854 des premiers travailleurs indiens. C’est une grossière tentative de manipulation de notre histoire.
Car ces békés néo- colonialistes « oublient » qu’il n ‘y a pas eu de « bienfaits de la colonisation » que la : traite négrière et e l’esclavage sont des « crimes contre l’humanité » »

On remarquera qu’à l’origine de cette manifestation se trouve un organisme nommé après un historien colonial blanc et qui semble très marqué racialement. Sur un réseau social, la quasi-totalité des contacts de cette association sur un réseau social sont en effet Blancs à l’exception d’une descendante noire présumée de Lacour.

 

De droit et de fait, la Guadeloupe est un territoire français et les Blancs responsables de cette manifestation pourront la justifier en expliquant que célébrer les débuts de l’histoire française de cette île est tout à fait normal. Ils pourront aussi jouer sur la jurisprudence du jour férié consacré à Christophe Colomb en Amérique qui est maintenu aux Etats-Unis en dépit des protestations des descendants d’Amérindiens sur la brutalité et la volonté d’esclavage de ceux-ci par l’explorateur génois.

Christophe Colomb

Christophe Colomb

Le caractère sanguinaire de L’Olive, marqué par sa jalousie, son ingratitude, sa barbarie, sa cupidité, sa volonté de meurtre, de viol et d’esclavage à l’endroit des Karibs ne peut toutefois pas être mentionné pour célébrer l’histoire d’un pays dans une île. Nous sommes convaincus que  les Guadeloupéens qui y sont opposés sauront lutter contre cette ignominie. Le changement en 2011 de nom d’une rue parisienne initialement nommée rue L’Olive en l’honneur du conquistador barbare puis rebaptisée ‘de l’olive’ pour mettre fin à cette référence coloniale suggère qu’ils pourront sans doute y parvenir.

Rejoignez la communauté Nofi

La communauté Nofi, c'est du contenu exclusif, des jeux-concours, des codes promos Nofistore et plein d'autres surprises !