Trilogie Kemi Seba

France : Un Français d’origine africaine présumé ‘islamiste’ tué après son attaque contre des policiers

Société

France : Un Français d’origine africaine présumé ‘islamiste’ tué après son attaque contre des policiers

Par Sandro CAPO CHICHI

Samedi après-midi, un homme s’est introduit dans le commissariat de Joué-Les-Tours (Indre et Loire). Dès son entrée dans l’établissement jusqu’à sa mort, il aurait crié Allahu Akbar (« Allah est grand », en arabe) et blessé à l’arme blanche trois policiers-dont le pronostic vital n’est pas engagé-avant d’être abattu par un autre policier de deux coups de feu.

Le suspect Bertrand ‘Bilal’ Nzohabonayo, contrairement à son frère connu pour son engagement dans l’Islamisme, n’était pas fiché par les renseignements généraux français, malgré ses prises de position en faveur de l’Etat Islamique au Levant et l’Islamisme en général sur les réseaux sociaux.

Capture d'écran de la page facebook de  Bilâl Nzohabonayo montrant en couverture le Drapeau de l'Etat Islamique au Levant

Capture d’écran de la page facebook de
Bilâl Nzohabonayo montrant en couverture le Drapeau de l’Etat Islamique au Levant

Il était né en 1994 au Burundi, un pays d’Afrique Centrale, dont moins de 10% de la population est de confession musulmane ; toutefois, comme beaucoup d’islamistes radicaux, ce serait il y a peu -pour lui il y a deux ans- que Nzohabonayo se serait converti à l’Islam.

Réunion officielle autour de l'Islam dans l'Afrique des Grands Lacs au Burundi, il y a quelques jours ; on y vantait l'absence de terrorisme religieux au Burundi (Photo : ppbdi.com)

Réunion officielle autour de l’Islam dans l’Afrique des Grands Lacs au Burundi, il y a quelques jours ; on y vantait l’absence de terrorisme religieux au Burundi (Photo : ppbdi.com)

De notre côté, on ne peut que condamner ces agressions aussi terribles que caricaturales (le lascar à la barbe taillée à la Robert Hue qui égorge les mécréants dans la rue en criant Allahu Akbar) dont on a du mal à comprendre comment elles peuvent mobiliser tant de membres de notre communauté, alors qu’un autre combat beaucoup plus sain, légitime et humaniste, celui de la Renaissance de l’Afrique et de sa diaspora se dresse devant eux.