Trilogie Kemi Seba

[RDC] LES OBSÈQUES DU COLONEL MAMADOU NDALA À KINSHASA

Politique

[RDC] LES OBSÈQUES DU COLONEL MAMADOU NDALA À KINSHASA

Par SK

De nombreux militaires et civils ont rendu, lundi 6 janvier, un dernier hommage au commandant du 42e bataillon de l’Unité de réaction rapide des commandos des Forces armées de la RDC (FARDC), le colonel Mamadou Moustafa Ndala, tué avec ses deux gardes du corps, jeudi 2 janvier à Beni (Nord-Kivu)

 De nombreux militaires et civils ont rendu, lundi 6 janvier, un dernier hommage au commandant du 42e bataillon de l’Unité de réaction rapide des commandos des Forces armées de la RDC (FARDC), le colonel Mamadou Moustafa Ndala, tué avec ses deux gardes du corps, jeudi 2 janvier à Beni (Nord-Kivu).

Aux côtés de ces trois cercueils étaient exposés ceux de sept autres militaires tués lundi 30 décembre dernier lors des attaques des sites stratégiques à Kinshasa, Lubumbashi (Katanga), Kolwezi (Katanga) et Kindu (Maniema).

De nombreux Kinois, simples curieux ou compagnons d’armes, se sont déplacés pour honorer le commandant militaire.

Répondant à l’appel de la société civile du Nord-Kivu, les habitants des territoires de Rutshuru et Nyirangingo ont observé lundi 6 janvier, une journée ville morte pour protester contre l’assassinat de Mamadou Ndala.

Toutes les activités ont été paralysées dans ces territoires. Les commerces n’ont pas ouvert et le transport en commun invisible sur les routes.

Aucun minibus de transport en commun n’a quitté Kiwanja ce lundi pour Goma.

Dans la ville de Goma, par contre, c’est ce lundi que les activités économiques reprennent après plus de trois jours de perturbation depuis l’assassinat du colonel Mamadou Ndala.

En début d’après midi, la société civile de Rutshuru a demandé aux opérateurs économiques de reprendre les activités pour permettre, entre autres aux voyageurs bloqués toute la matinée de poursuivre leur voyage pour Goma ou Butembo, affirment nos sources sur place.

Un mouvement d’arrêt d’activités est également observé à Bukavu, capitale provinciale du Sud-Kivu, pour les mêmes raisons. L’appel du maire à la population pour qu’elle vaque à ses occupations n’a pas été suivi. Les rares élèves qui se rendaient à l’école ont dû rebrousser chemin. Ce mouvement a atteint même le Sud-Kivu profond, notamment les territoires de Walungu et Uvira.

Pour la société civile et les organisations des droits de l’homme, le colonel Mamadou Ndala mérite une reconnaissance de la nation à cause de son patriotisme et de sa bravoure. Dans le cadre de l’enquête sur son assassinat du colonel Ndala, deux suspects ont été arrêtés à Beni. (Info Julien Paluku Kahongya)

Vendredi 3 janvier à Kinshasa au cours d’une conférence de presse, le président de l’Union pour la nation Congolaise (UNC), Vital Kamerhe, a demandé que la mort de Mamadou Ndala, ainsi que tous des combats entre les Forces armées de la RDC (FARDC) et des personnes armées à la fois à Kinshasa, au Katanga et au Maniema lundi 30 décembre dernier dans différentes villes de Kinshasa, soient décryptés et que les responsabilités soient établies.