Trilogie Kemi Seba

FOIRE DE PARIS 2014

Culture

FOIRE DE PARIS 2014

Par Noella

Du 30 avril au 11 mai 2014, se déroulait la 110ème édition de la Foire de Paris au Parc des Expositions de la Porte de Versailles. L’occasion de rencontrer les habitués, acheteurs comme commerçants, et de tester les toutes dernières inventions : mode, beauté, art , culture, gastronomie, habitat….

Tout est à point pour qui veut se divertir, s’instruire ou se faire faire une beauté. Le choix est varié d’une catégorie à l’autre pour les grosses comme pour les petites bourses et l’ambiance vaut le détour !

La Foire de Paris est le point de rencontre entre les créateurs et leur public mais aussi un lieu culturel hors du commun. En effet, se côtoient l’Asie, l’Afrique, les Antilles, le Moyen-Orient et L’Europe; chaque pavillon, chaque stand proposant un voyage haut en couleur et en saveur d’exception.
En somme, un événement incontournable auquel Nofi a bien sûr participé en exclusivité, rien que pour vous !

La team nofi a rencontré le directeur adjoint de la radio Outre-mer Radio. Ce nouveau média ultramarin, tire sa force de la diversité du personnel de son équipe. Plus qu’une web radio, c’est une entreprise avec un message de conscientisation et d’espoir pour la jeunesse afro-descendante du monde entier.

 

   INTERVIEW FABRICE CALIXTE

1

 

Directeur adjoint de la radio OUTREMER RADIO.

www.outremer-radio.com  (musique afro-carribénne) radio dédiée aux ultra-marins, à la base mais qui touche une grande partie de la diaspora africaine dans le monde (Canada, Etats-Unis, une partie de l’Afrique francophone).

« Au niveau de l’équipe, on trouve une grande diversité ultramarine : le directeur est guyanais et les autres membres de l’équipe viennent d’autres îles (Martinique, Guadeloupe, ect…) on essaie de représenter l’ensemble des outre-mer.

La radio existe depuis 1 an et demi. Elle s’est montée sur un coup de tête, à l’occasion d’un spectacle d’une grande humoriste guyanaise, Viviane Emigré. Elle était à Paris pour donner un spectacle à l’Olympia et elle a lancé cette idée, comme ça, « pourquoi ne pas monter une radio ? », en fait, c’était pour faire de la publicité. On a tout de suite adhéré et OUTREMER RADIO est née.

En dehors de la musique, on diffuse aussi des informations pour couvrir l’actualité ; mais on essaie de ne pas trop s’étaler sur la politique pour rester objectif. On parle surtout de ce qui se passe en Afrique et dans les outre-mer, mais on ne couvre pas encore l’actualité afro-américaine à cause de l’anglais qu’on ne maîtrise pas (rires).

Il y a aussi l’humour et on tente en parallèle de développer tout ce qui se rapporte aux jeunes qui tentent de monter des projets. Le but serait de leur apporter des conseils par le biais de professionnels avec qui on travaille (Agence Phénix) de les aider à développer leur entreprise parce que c’est difficile pour les antillais qui sont en métropole d’investir aux Antilles, notamment par rapport à tous ceux qui ont la mainmise sur les marchés là-bas.

Nous avons remarqué que le domien avait peur d’entreprendre. Par ce projet, on veut faire comprendre aux jeunes qu’ils sont capables, s’ils s’en donnent les moyens, et que des gens seront là pour les guider et leur montrer comment éviter les pièges. Il y aura toujours des erreurs mais nos professionnels sont là pour les aider à minimiser les dégâts. Parce que ce n’est pas évident pour la population afro en générale ; elle se sent un peu délaissée, déjà par ses semblables, et on n’a pas beaucoup d’images de gens de la communauté qui réussissent ; alors qu’il y’en a énormément. D’ailleurs, la plupart des grandes inventions ont été faites par des noirs, et ça on ne le dit pas.

 INTERVIEW APHRODIZ  Malick Mélanchon Pascal (Guadeloupe)

Ce mystérieux monsieur, aussi sulfureux que ses sorbets, est un véritable entrepreneur dont le projet est, à terme, de créer de l’emploi. Par ailleurs, sa recette secrète donne au sorbet traditionnel une autre dimension, sanitaire mais aussi érotique…

IMG_4655

 

« Les aphro’diz, qui font pas mal de choses… »

« J’ai crée la sorbetière aux normes sanitaires et surtout solaires. Le concept est protégé à l’INPI, et bientôt vous verrez des tricycles solaires dans chaque grande ville de France, le but étant de créer des emplois. Ces vélos solaires permettront de faire fonctionner  les sorbetières qu’ils porteront et  l’on pourra les  tracer dans le monde entier à l’aide de son portable ; des échangeurs de billets y seront fixés  pour que les clients  puissent payer automatiquement. C’est-à-dire qu’on part d’une base simple et avec cette base on fait de la qualité.

Le goût du sorbet est également enregistré à l’INPI : gingembre, guarana, bois bandé et un ingrédient qu’on appelle « plus fort que l’homme ».Ca aide à la bonne circulation du sang et c’est aphrodisiaque… !

 

 LE COUP DE CŒUR NOFI :    ASSOCIATION WENDEMI (BURKINA FASO : « DIEU SEUL SAIT »)

L’équipe a été particulièrement touchée par la jeune représentante de cette association burkinabé, qui travaille dans le but de développer l’économie de son village avec une portée féministe : donner aux femmes africaines la possibilité de travailler et de s’assumer pour enfin s’émanciper.

Une vraie entreprise au service du commerce équitable, mais aussi de la beauté de la peau noire. WENDEMI propose des crèmes et des savons 100% naturels principalement faits avec du beurre de karité !

 

 

Wedrogo Naima

IMG_4690

« L’association a été créée il y a 25 ans, la présidente au Burkina Faso est ma grand-mère, Zarata Sinon. Elle s’occupe de la récupération des noix de karité, du partage entre les femmes qui les récoltent et de la production. Ce sont ces femmes elles-mêmes qui écrasent les noix, fabriquent le beurre, le mettent en boîte ; nous on les aide à le vendre ici et on leur renvoie l’argent.

Ce sont des produits bio, sans aucun agent chimique ajouté. C’est du commerce équitable, qui favorise l’emploi pour les femmes au Burkina. On leur renvoie l’argent pour qu’elles puissent replanter, racheter des boîtes et les étiqueter. C’est vrai qu’en France, la règlementation est très stricte, même au niveau des étiquettes, et ça coûte très cher, au moins 40% des recettes. Le reste de l’argent sert à racheter du beurre, en refaire et payer les dames, ça crée de l’emploi et ça fait vivre le village car chez nous, chacun a au moins deux arbres de karité qui lui appartiennent ; elles reviennent donc chaque année nous revendre leurs noix et bossent pour l’association en les écrasant et en les travaillants pour faire le beurre.

C’est vraiment important de les payer, parce qu’ici on n’a pas cette réalité là, mais en Afrique souvent ; la femme ne travaille pas et est forcée de demander de l’argent à son mari. Le fait d’avoir ses propres sous lui permet de se faire plaisir et de gagner en indépendance. De plus, elles augmentent ainsi leur pouvoir d’achat et peuvent mieux nourrir leurs familles.

 

Corinne & Papo (Chalie) pour l’association Coco&Papo création.

 

Ce duo d’artisans haut en couleurs, propose des accessoires originaux, de fabrication artisanale à base de matières assez peu communes. C’est leur première fois à la Foire de Paris et nous trouvons Corinne très enthousiaste de nous présenter toutes ses créations : elle coud, peint et décore ; lui, sculpte et fait de l’écriture sur tous supports (t-shirts, planches de bois, ect…)

IMG_4773

 

« Nous sommes de la Guadeloupe (Anse Bertrand) et notre société n’est composée que de nous deux (rires).

A la base, je viens de l’univers artistique, la danse. Je faisais tout ce qui était comédies musicales, mais j’ai plusieurs cordes à mon arc, donc cette année j’ai mis tout ça de côté pour me concentrer sur tout ce qui est création.

Je travaille principalement avec 3 matières : la toile de jute (shorts, sacs) ; le raphia (bijoux, parures) et le wax, essentiellement pour faire de la récupération de vêtements usés (pantalons, sacs). Je customise aussi les chaussures sur place ainsi que les bijoux en raphia. Les bijoux sont d’ailleurs les pièces dont je suis le plus fière !

Papo, qui lui est dans le milieu de la création depuis vingt ans, fabrique surtout les nappes, les calebasses et les charrettes pour transporter le punch, les dragées ou autre chose.

Il fait aussi lui-même les punchs et personnalise les t-shirts».

Papo : « L’artisanat c’est mon don, j’ai pas choisi. J’essaie de varier mes créations, l’année prochaine vous verrez autre chose que ce qui est exposé là.

 

 

INTERVIEW THIERRY SERAPHIN ASSOCIATION MONTABO SOLEIL (Guyane)

 IMG_4633

Montabo est un lieu qui se trouve en Guyane.

« L’association s’occupe de la promotion de la culture guyanaise en France, dans la diaspora. On propose de la nourriture ainsi que des activités physiques et sportives.

Chaque semaine on organise des repas avec bien entendu des spécialités guyanaises. Pour la pâtisserie, on fait surtout des choses qui se perdent comme le gâteau de maïs par exemple. C’est une pâtisserie traditionnelle que tout le monde connaît en Guyane.

J’ai monté l’association avec ma femme il y a onze ans, en Guyane, et depuis 6 ans nous sommes à Paris ; ça fait maintenant 4 ans qu’on fait la foire de Paris. On veut mettre en avant la qualité, je vous invite à aller voir sur notre Facebook  www.facebook.com/montabo.soleil.

Une partie des fonds qu’on récolte sert à financer des activités ou des projets pour les jeunes.

Nous avons aussi testé :

*Les produits Nevo : « Les cosmétiques de la Mer Morte », essentiellement faits à base de sable et de boue.

Conseil de l’esthéticienne : Ne jamais faire de masque d’Argile ! Contrairement aux idées reçues, cela étouffe les porcs et autres impuretés au lieu de nettoyer la peau.

Le soin Nevo à la boue et à l’Aloë Vera est disponible en pot pour 47 euros l’unité.

 

*Le crayon magique, qui ne fait pas que des crayons !

Ils proposent du maquillage semi-permanent (crayons, rouges à lèvres…) qui résiste à la transpiration et à l’eau pour tenir toute la journée !

Il se retire ensuite facilement, avec n’importe quel démaquillant.

 

Voilà vous savez presque tout de notre incroyable parcours à la Foire de PAris ou bien evidemment le forum terre des Tropiques nous a emmené loin au delà de nos espérances !

Vivement l’année prochaine pour une nouvelle escapade sensationnelle !