Trilogie Kemi Seba

[CAMEROUN] INTERDICTION DE DIFFUSION DU DOCUMENTAIRE SUR GBAGBO

Politique

[CAMEROUN] INTERDICTION DE DIFFUSION DU DOCUMENTAIRE SUR GBAGBO

Par SK

Le journaliste camerounais Saïd Penda (photo) a réalisé un documentaire sur la vie de l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo

 D’une durée de 2h52 « Laurent Gbagbo : despote ou anti-néocolonialiste… le verbe et le sang » est constitué d’interventions de témoins et de Gbagbo lui-même, toujours incarcéré à La Haye (Pays-Bas).

    Par ce travail, le journaliste a voulu exprimer sa désillusion, et montrer que Laurent Gbagbo n’est pas, comme il le prétend, digne de cet héritage de panafricanisme dissident face au néo-colonialisme.

    Pour Saïd Penda, Gbagbo aurait instrumentalisé un pseudo-combat pour s’attirer la sympathie des Africains et asseoir son pouvoir de façon durable, grâce à ses sympathisants, très sensibles à ce message. Saïd Penda l’accuse d’avoir accentué les tensions en usant de « populisme et de démagogie ».

   Ce documentaire aurait donc pour objectif d’ouvrir les yeux des Camerounais, les pro-Gbagbo étant très présents dans le pays.

   En effet, beaucoup ont vu en Laurent Gbagbo l’homme qui a osé s’opposer à l’oligarchie, quoiqu’il lui en coûte, et s’il n’a pas encore fait d’émules auprès des dirigeants africains, la démarche est prise très au sérieux dans les milieux étudiants et panafricanistes qui tentent, eux aussi, de continuer la lutte.

    Contrairement à l’avis du producteur, les Camerounais aiment Gbagbo et n’acceptent pas que son image soit ternie par ce film.

   Par conséquent, lors de l’avant-première, à l’hôtel Lewat de Douala le samedi 11 janvier, les autorités ont débarqué pour interdire la projection, et demandé à Saïd Penda de tout remballer et de remercier l’équipe de journalistes, présente pour l’événement.

  Une marque de la loyauté indéfectible du peuple camerounais envers l’ancien président. Un soutien chaleureux qui n’est pas de trop, le procès de la CPI devant se tenir courant février.